Le footeur

Mission: constance

Mission: constance

Il n’y a pas si longtemps, on se demandait quand cette glissade vertigineuse entreprise par l’Impact de Montréal au début du mois de juin allait bien s’arrêter.

Parallèlement à cela, nombre de rumeurs – beaucoup plus persistantes et substantielles qu’à l’habitude – envoyaient Nacho Piatti en Argentine dès cet été.

Finalement, malgré un intérêt marqué de la part d’au moins deux clubs dans sa patrie natale, le 10 montréalais est non seulement resté – merci, Kevin Gilmore! –, mais il est aussi venu à la rescousse de ce groupe en déroute, avec un retour de blessure qui ne pouvait tomber plus à point!

L’«effet Nacho» a galvanisé les troupes illico. Juste assez, du moins, pour se débarrasser d’un York9 drôlement teigneux – 1 à 0 (3-2, au cumulatif) –, mercredi dernier, qui aurait très bien pu causer la surprise (à l’instar du Cavalry de Calgary à Vancouver).

Trois jours plus tard, les hommes de Rémi Garde se sont payés les meneurs dans l’Est, l’Union de Philadelphie, de manière autrement plus convaincante, avec un score final sans appel de 4 à 0. À la présence rassurante de Piatti s’est ajoutée la vitesse vertigineuse de la nouvelle recrue de l’Impact, Lassi Lappanainen, qui a mis le feu au stade Saputo avec ses courses effrénées et ses deux buts spectaculaires.

Une prestation qui a su éveiller le meilleur chez Orji Okwonkwo sur le couloir opposé, lui qui a également achevé sa soirée de travail avec un doublé. Il est d’ailleurs à parier que cette saine compétition – Lappanainen peut aussi jouer à droite –soit bénéfique pour le jeune Nigérian, capable du meilleur comme du pire en parts égales depuis son arrivée avec l’Impact en début de saison.

Si on souhaite voir plus de constance dans le jeu d’Okwonkwo, il en va de même pour l’équipe dans son ensemble.

Avant cette série de quatre revers consécutifs, l’Impact n’avait pas perdu deux matchs consécutifs depuis mai 2018, mais, inversement, il n’a pas non plus réussi à aligner deux performances impeccables cette année.

Pour confirmer cette récente bonne forme, il faudra que la troupe de Garde remette une autre copie complète, samedi, dans l’altitude de Denver. Bons derniers dans l’Ouest, les Rapids devraient s’avérer plus que prenables… du moins en théorie.

Dans les faits, l’Impact nous a plutôt habitués au cours des dernières années à échapper ce type de duels, présentant son pire visage alors que l’occasion semble on ne peut plus à point. Surtout en terrain adverse.

Sans insinuer qu’autre chose qu’une victoire serait inacceptable, il faut néanmoins que le onze montréalais puisse démontrer un minimum de continuité. Son manque de régularité est sa plus grande faiblesse jusqu’ici cette saison jusqu’à preuve du contraire.

Les victoires face à York9 et Philadelphie constituent donc une excellente base pour entamer le redoutable summer grind de la Major League Soccer (MLS) alors que pas moins de huit matchs sont au calendrier du Bleu-blanc-noir au mois d’août.

Une séquence charnière qui risque bien de déterminer si la saison 2019 portera l’étiquette de réussite ou d’échec, tant sur le plan du championnat MLS que de la Coupe des Voyageurs – et, incidemment, de la Ligue des Champions CONCACAF.

Accrochez-vous bien, partisans de l’Impact de Montréal : un mois fort en émotion se dresse devant vous!

Articles similaires