Le footeur

Sélection masculine: potentiel indéniable et questionnements existentiels

Sélection masculine: potentiel indéniable et questionnements existentiels

Pour son retour à la compétition après le fiasco de la Gold Cup, où la troupe de John Herdman s’est lamentablement écrasée devant Haïti, la sélection masculine canadienne a profité d’une série de deux matchs en ouverture de la Ligue des nations de la CONCACAF pour se refaire une petite confiance face à Cuba.

Lors du premier match, disputé au BMO Field de Toronto samedi, les Rouges ont rossé le combiné caribéen 6 à 0, laissant une bien belle impression à son public en lui offrant une performance qu’on peut qualifier d’aboutie d’un sifflet à l’autre, au-delà de la qualité de l’adversaire.

Mardi, pour la deuxième rencontre, disputée en terrain neutre cette fois – aux îles Caïmans –, c’est à un tout autre visage que les amateurs canadiens ont eu droit. Oui, l’entraîneur avait apporté pas moins de cinq changements au onze partant aligné à Totonto, mais la courte victoire de 1 à 0 soutirée à une équipe de Cuba amochée – cinq joueurs ont fait défection après le match de samedi… – a vite fait de ramener à l’avant-plan une bonne partie des questionnements existentiels qui planent sur cette équipe depuis le début de l’ère Herdman.

Si, sur papier, ce groupe est de loin le plus talentueux et le plus prometteur de l’histoire du programme national masculin, l’entêtement du staff à rappeler des joueurs qui ne donnent pas le rendement attendu (je pense notamment à Doneil Henry et à Cyle Larin, qui semblent avoir un abonnement à vie) et la naïveté tactique avec laquelle on envisage certains matchs finissent inévitablement par rattraper un groupe qui, malgré son talent, manque encore d’envergure internationale. De roublardise.

Il n’a fallu, par exemple, qu’un match à la très modeste équipe de Cuba pour s’adapter au jeu canadien et lui donner du fil à retordre.

Par ailleurs, la propension de Herdman à se cacher derrière des faux-fuyants est aussi agaçante qu’inquiétante. Après le match de mardi, l’Anglais a amorcé son point de presse en alignant trois des excuses les plus génériques du répertoire classique pour expliquer la contre-performance des siens : mauvais terrain, chaleur et mauvais arbitrage… Ça aussi, ça réveille de bien pénibles souvenirs de la Gold Cup.

Bien que la manière laisse encore place au doute, ces deux matchs, et leur cumulatif de 7 à 0, sont une belle opération comptable pour le Canada dans le nouveau format de qualifications à la Coupe du monde, qui se base sur le rang mondial FIFA des nations CONCACAF pour déterminer les équipes qui participeront au tournoi hexagonal final en juin 2020, dont les trois premiers participeront au mondial de 2022, au Qatar.

Avec ces deux victoires face à Cuba, le Canada (78e) est maintenant huitième dans la zone CONCACAF, derrière le Mexique (12e), les États-Unis (22e), Costa Rica (44e), la Jamaïque (52e) le Honduras (67e), El Salvador (68e) et Panama (74e).

Il faudrait donc que l’unifolié soit en mesure de profiter de la Ligue des nations pour amasser un maximum de points et ainsi améliorer sa place dans le tableau FIFA.

Les deux prochains matchs du Canada, contre les États-Unis – le 15 octobre à Toronto, puis le 15 novembre aux États-Unis –, sont donc cruciaux à plusieurs égards. Non seulement ils permettront à cette jeune sélection canadienne de se mesurer à un rival de taille, mais ils risquent également de décider qui, dans le groupe A, passera en demi-finale de la Ligue des nations.

John Herdman aime beaucoup parler de leçon. On lui souhaite donc que cette série de matchs contre la bande à Greg Berhalter (qui se cherche par les temps qui courent) n’en devienne pas une au sens figuré.