Le Sportnographe

Chiarot le jambon

Chiarot le jambon

Bon, je l’avoue, le titre est un peu fort. Mais dans un monde où l’attention du lectorat s’affaiblit, il faut savoir appâter le lecteur comme du monde si on veut qu’il lise au moins un paragraphe avant de penser à retourner «liker» des photos de manger sur Instagram.

Donc, Chiarot, un jambon? En tout cas, c’est pas Bobby Orr. En 305 matchs, il a récolté 12 buts et 52 passes, pour un total de 64 points. Mais là n’est pas la question. Le gars est surtout un jambon dans la manière de comprendre le monde dans lequel il évolue. Je m’explique.

La semaine dernière avait lieu la conférence de presse présentant Ben Chiarot aux journalistes montréalais. Interrogé sur les critères qui lui avaient fait arrêter son choix sur la ville de Montréal, le nouveau numéro 8 de Canadien a eu cette réponse : «Ce que je voulais avant tout, c’était une bonne équipe».

Bon, je me suis dit qu’il y allait d’une politesse légèrement exagérée, car on sait tous que Canadien est un club de m*rde depuis quelques années.

Mais surtout, ce qui m’a surpris, c’est d’entendre Chiarot développer son argumentaire et l‘appuyer sur ce qu’on appelle, dans le monde des statistiques, «une statistique jambon». Qu’est-ce que c’est? Eh bien, c’est une statistique à partir de laquelle on extrapole sur la base d’un échantillon beaucoup trop petit. Bref, c’est du gros n’importe quoi.

Et c’est ce qu’a fait Chiarot en conférence de presse. Selon lui, Canadien est une bonne équipe, car lorsqu’il est venu au Centre Bell jouer contre elle l’hiver dernier – alors que lui évoluait vraiment pour une bonne équipe –, Canadien a torché le Winnipeg 5 à 2 grâce, notamment, au brio de Jonathan Drouin  (c’est dire comment ce match était un échantillon pas
rapport).

Cela dit, on va lui donner ça. Même le journaliste [sic] sportif Jean-François Chaumont, du Journal de Montréal, avait écrit ceci, au lendemain de la victoire de Canadien : «À la lumière de cette prestation face à la bande à Paul Maurice, il faut maintenant considérer le CH comme l’une des bonnes équipes de la LNH. Le Tricolore est plus qu’une agréable surprise. Cette équipe n’a pas de complexe et elle peut rivaliser contre les ténors du circuit.» Méta-LOL.

En même temps, peut-être que Chiarot est surtout un homme de son époque. Je dis ça, car la plupart des sondages reposent désormais sur des échantillons qu’on qualifie dans le monde des statistiques de «non probabilistes». Et selon le site de Statistique Canada, «on ne peut mesurer la fiabilité d’un échantillonnage non probabiliste», car c’est de la bouette. Pourtant, les médias en produisent à la vitesse avec laquelle Karl Alzner cause des revirements. Pire : le monde s’étonne que les sondeurs prédisent désormais mal le résultat des élections. Allô?!?

Je me rétracte donc. Dans un monde où l’on peut dire n’importe quoi, Chiarot n’est pas un jambon, mais l’idéal type du citoyen qui pense ce qu’il veut, quoi qu’en disent les faits. D’après moi, faudra le surveiller de près. Ce sont des compétences hautement recherchées. Canadien pourrait se le faire ravir, notamment par une formation politique. Ou un grand média.

Articles similaires