Le Sportnographe
05:00 13 mars 2020 | mise à jour le: 13 mars 2020 à 00:35 temps de lecture: 3 minutes

Le présent glorieux de Canadien

Le présent glorieux de Canadien

Je sens votre exaspération à la seule lecture de mon titre. Quoi? Le présent de Canadien serait glorieux, selon ce chroniqueur? Sans doute qu’il s’agit d’une autre erreur du titreur du Métro; il aurait fallu lire «Le passé glorieux de Canadien», vous dites-vous. Eh bien non. Le titreur a bien fait son boulot: je veux vous parler du présent glorieux de Canadien.

Comment cela est-il possible? Encore une fois, grâce à la philosophie mes amis. Oui. Si on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres, on peut aussi faire dire ce qu’on veut aux idées. Checkez-moi ben aller.

Dans notre société post-moderne à courte vue, on a tendance à considérer le présent comme tout léger, tout léger, voire comme un air d’été. Le passé n’existerait pas, le futur serait sans importance. C’est ce que le philosophe Henri Bergson appelait «l’instant».

Bergson opposait cette notion un peu jambonne d’instant à celle de durée, qui ferait aussi partie du moment présent. L’instant serait la surface de la présence; la durée, elle, en serait la profondeur et elle charrierait tout le poids de notre passé dans le présent.

Prenons un exemple: quand vous avez vu récemment Johnny Boychuk recevoir la lame de patin d’Artturi Lehkonen dans face, vous avez senti une ‘tite boule chaude dans le ventre. Vous étiez alors dans le moment présent compris comme durée; c’était votre réaction instantanée, certes, mais chargée historiquement du poids de tous les présents accumulés depuis votre naissance. Vos parents vous ayant transmis l’art d’être empathique, vous avez été touché.

Un autre fan (disons un jambon de région au passé l’ayant prédisposé à être insensible à de tels drames) n’a réagi, lui, que dans l’instant présent en se réjouissant bêtement pour Canadien («Tiens mon estie de Boychuk!») puisque son passé ne lui a pas appris à être empathique.

Long story short, pour finir par dire que la présente édition pourrite de Canadien que vous voyez jouer cette saison porte en elle la charge historique glorieuse d’une formation 24 fois gagnante de la Coupe Stanley. Donc, si vous vous mettez en mode «je profite du présent selon la durée et non pas selon l’instant», comme le propose Henri Bergson, ben vous pourrez apprécier Canadien autrement et vous dire que bâswell, y’a du glorieux en siouplaît dans l’équipe que vous voyez évoluer. Suffit d’ouvrir ses yeux à la profondeur des choses. À l’épaisseur du temps.

Chose certaine, c’est pas François Gagnon qui vous ferait un parallèle entre Bergson et Canadien. Remerciez-moi donc pour ça par courriel: jppleau@gmail.com.

Articles similaires