Le Sportnographe
21:37 18 juillet 2013 | mise à jour le: 5 février 2015 à 13:47 temps de lecture: 3 minutes

La retraite pour Gionta?

La retraite pour Gionta?
Photo: Archives Getty

Il suffit que l’amateur de sport détourne le regard pendant que le facteur humidex passe pour que Canadien vienne vous rappeler qu’il y a des choses bien plus importantes dans la vie que la canicule, et ce, malgré ce que la madame des nouvelles puisse en penser.

Ryan White le démontrait de façon éloquente avec la nouvelle de la signature de son contrat qui chamboulait complètement le cycle infernal de l’actualité, la fin de semaine dernière. À n’en pas douter, ça sent le début du pré-camp d’entraînement.

Kovalchuk
Mais Ryan White n’est pas le seul à faire rêver. La retraite prématurée d’Ilya Kovalchuk est tout aussi inspirante. La vedette des Devils a décidé, à 30 ans, de tirer sa révérence pour des raisons familiales et de s’en retourner jouer en Russie, là où ses enfants pourront humer l’air pur de la Sibérie et payer pas de taxes, comme leur compatriote Gérard Depardieu.

Voilà qui devrait insuffler une bonne dose d’espoir à tous ceux qui, comme vous et nous (et probablement Marc Bergevin), espèrent voir Brian Gionta quitter l’alignement de l’équipe. Le diminutif capitaine a 34 ans, un salaire de 5 M$ par année et n’a pas récolté trop trop de points la saison dernière. Surtout, il vole la place d’un jeune espoir plein de talent comme… euh… Louis Leblanc mettons.

[pullquote]

L’appel de Rochester
Malheureusement, Gionta n’est pas Russe et ne ressent pas l’appel de la mère patrie. Il vient plutôt de Rochester dans l’État de New York, un endroit qu’on-sait-même-pas-c’est-où et qui ne possède, aux dernières nouvelles, aucune équipe dans la KHL. Le renforcement de la loi 101 n’ayant pas constitué des conditions gagnantes pour que des raisons familiales forcent Gionta à quitter le Québec, ne reste plus qu’à espérer qu’il veuille retourner jouer dans une «ligne» de garage locale.

Il doit bien y avoir là-bas une sorte de 4 Glaces de Rochester paradisiaque avec beaucoup d’espaces de stationnement et des règlements, comme l’absence de contacts, qui favoriseraient un joueur de petite stature comme Gionta. C’est peut-être là sa dernière chance de compléter une saison de 372 points. Le petit capitaine doit se rendre à l’évidence : s’il veut finir sa carrière sur une bonne note, il devra le faire ailleurs que dans la «Ligne» Nationale.

Brian, dépêche-toi pendant qu’il en est encore temps! Tic tac tic tac tic tac…