Le Sportnographe
21:12 19 septembre 2013 | mise à jour le: 5 février 2015 à 13:45

L’amour plus fort que tout, sauf Canadien

Si vous suivez le moindrement les activités conjugales des joueurs des Bulldogs d’Hamilton (donc, si vous consultez les médias sportifs), vous savez maintenant qu’Aleksandra Wozniak fréquente Louis Leblanc, aussi connu en 2009 sous le sobriquet de «Louis Louis Louis!». Vous savez aussi que la madame a exprimé son dégoût de voir son petit ami renvoyé dans les mineures, sur Twitter, en des mots plutôt ostentatoires.

On se plaint souvent que les athlètes professionnels ne vont jamais au-delà des «définitivement j’pense que et puis euh» sur les réseaux sociaux, mais lorsqu’ils se laissent aller, nous sommes les premiers à nous indigner. Et quand on écrit «nous», on ne parle pas vraiment de «nous», mais des autres.

Répercussions
Il y a quand même quelque chose qui nous chicote ici (le vrai «nous» cette fois). Au Sportnographe, nous croyons que rien ne doit nuire aux intérêts suprêmes de Canadien. Dans ce cas-ci, il nous semble que le comportement d’Aleksandra Wozniak pourrait avoir des répercussions fâcheuses sur l’équipe.

Non seulement elle nuit aux chances de Louis Leblanc de devenir le prochain Guy Lafleur en plombant ses relations avec l’organisation, mais elle déconcentre l’ensemble de l’équipe, faisant oublier que le véritable enjeu du camp est de savoir si, oui ou non, Michaël Bournival se trouvera une place sur le cinquième trio.

[pullquote]

Comme le disait si bien Nicolas Cicconne (ou était-ce Enrico?), «tu m’aimes quand même, avec mes grands pieds, ma barbe qui pique, mes jeans troués et mon hockey les soirs d’hiver qui vient toujours tout foutre en l’air». On ne sait pas ce que ça veut dire, mais ça fait réfléchir.

En veilleuse
Leblanc n’a peut-être pas su prédire la crise des subprimes alors qu’il étudiait en économie à Harvard, mais il reste un gars intelligent. Il se doit donc de trouver une solution pour éviter que de telles distractions ne se reproduisent. Peut-être pourrait-il mettre en veilleuse sa relation avec Wozniak le temps de marquer 50 buts à Montréal? Ensuite, ils pourront vivre heureux, avoir beaucoup d’enfants et twitter n’importe quoi. Parce que l’amour est plus fort que tout, sauf Canadien.