Montréal sous observation
18:08 6 février 2013 | mise à jour le: 6 février 2013 à 18:08 temps de lecture: 2 minutes

Un pont Champlain habité, prise 2

Un pont Champlain habité, prise 2
Photo: Maxim NasabUn pont Champlain habitable, selon Maxim Nasab

Plusieurs voix d’élus se sont fait entendre récemment pour demander que le futur pont Champlain soit un pont de prestige qui contribuerait à la notoriété de Montréal.

Parmi les idées qui me font le plus rêver : celle d’un pont habitable. C’est l’idée que pousse un jeune architecte, Maxim Nasab, qui en a fait son sujet de maîtrise en architecture il y a 2-3 ans. Après une première ébauche, il vient de m’envoyer une deuxième version de toute beauté.

Les ponts habitables étaient très répandus au Moyen-Âge, notamment parce qu’ils permettaient d’amortir les coûts de construction. Mais ils ont quasiment disparu depuis et aucun ne s’est construit depuis belle lurette, même si certains projets étaient dans les cartons en banlieue parisienne et à Londres. Voici aussi quelques idées présentées à Séville et à Acapulco.

Dans le cas de Montréal, où les terrains vacants ne manquent pas, l’idée d’un pont habitable a peu de chances de se réaliser dans un avenir proche indique le jeune architecte. Il convient lui-même que sa proposition pour le pont Champlain est un peu mégalomaniaque avec ses 3000 unités d’habitations en modules préfabriqués et ses 1000 places commerciales pour des bureaux et des commerces, dont les taxes viendraient financer le surcoût  de construction, ainsi que l’entretien du pont.

Mais comme dans tout bon exercice de remue-méninges, son idée vise surtout à élargir les horizons des décideurs politiques qui ont  trop souvent tendance à raisonner avec leur portefeuille et pas assez avec leur coeur…

D’ailleurs selon lui, d’ici 50 – 60 ans, avec la croissance humaine inéluctable, les ponts habités reviendront à l’honneur dans plusieurs villes.