Montréal

Le Parc olympique avec de l’herbe et des moutons, on aime ça!

Le Parc olympique avec de l’herbe et des moutons, on aime ça!

Vous vous demandiez peut-être ce qu’il se passait depuis la grande consultation publique sur l’avenir du Stade olympique et du Parc olympique. Eh bien deux ans après la remise du rapport… pas grand-chose!

Une des principales recommandations du rapport de Lise Bissonnette portait sur le réaménagement des lieux pour en faire une destination touristique et éducative. On attend encore.

Pour être juste, il faut quand même mentionner l’arrivée des camions de bouffe de rue, le déploiement d’évènements sur l’Esplanade, l’installation d’une version urbaine d’Arbre en arbre et la rénovation du centre aquatique.

Si j’étais un peu chien, j’appellerais plutôt cela: mettre la charrue devant les bœufs.  Parce qu’avant de concrétiser des idées, il faudrait s’entendre sur une vision urbanistique et un plan directeur non?

Dans ce contexte, les travaux des étudiants de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal méritent d’être soulignés, car ils ont le mérite de faire avancer la réflexion! Voici quelques planches qui attirent l’attention. Les autres sont sur le site internet de la chaire.

1. La vision bucolique est vraiment marrante. On passe de la bétonisation extrême à la pure biodiversité, un peu comme si le Biodôme ouvrait ses portes sur l’extérieur!

Screen Shot 2014-11-26 at 13.45.46
Marie Éve Dumont, Josiane Léger, Jean-Philippe Gagnon, Frédérique Magnan-Lauzon

Est-ce utopique? Pas forcément, croit Patrick Marmen, agent de recherche à la Chaire qui a piloté les travaux des étudiants avec le professeur titulaire Philippe Poullaouec-Gonidec. «Il y a bien déjà eu un zoo au parc Angrignon, pourquoi ne pas le faire ailleurs», dit-il. Paris et plusieurs villes limitrophes expérimentent déjà le mouton-tondeuse qui a aussi des vertus sociales, alors pourquoi pas Montréal?

2. Les conteneurs-boutiques, j’achète. On en a installé de similaires dans le Vieux-Port, c’est intéressant comme outil de valorisation du site et ça ne nécessite pas de grosses transformations de structure. Ça permettrait aussi d’animer un peu la zone qui manque cruellement de commerces.

 Screen Shot 2014-11-26 at 13.57.58
Catherine Breton, Jessica Demers, Éric Giguère, Maude Loiselle

3. Déconstruire l’Esplanade pour créer des gradins gazonnés. Les concerts de l’OSM auraient encore plus d’envergure. J’aime bien aussi l’idée de créer des ouvertures vitrées pour que les nombreux bureaux situés en sous-sol dans les anciens stationnements aient enfin accès à la lumière naturelle. Si vous avez déjà travaillé en sous-sol là-bas, vous voterez certainement en priorité pour cette option!

Screen Shot 2014-11-26 at 14.35.05Sophie Chapleau Lacoste et Virginie Roy Mazsoyer

4. Les miroirs d’eau. Pour des vertus écologiques (lutte aux îlots de chaleur), esthétiques (refléter l’architecture) en plus d’amener plus de confort aux passants.Élaborer des promenades a une importance non négligeable, car actuellement le site du Parc olympique est vraiment peu invitant à ce chapitre.

 Screen Shot 2014-11-26 at 14.33.49
Anne Laurence Dumont, Katherine Groulx, Anne Imrie, Mathieu Pelletier et Joëlle Thibault.

Malheureusement toutes ces idées ne verront peut-être pas le jour, surtout pour des questions budgétaires et architecturales, si l’on se fie à la Régie des installations olympiques (RIO).«C’est un intéressant projet académique qui nous aidera dans nos réflexions pour le futur. On a été content de participer à ce projet», indique Cédric Essiminy, porte-parole de la RIO.

Ce dernier explique que la RIO a déjà plusieurs projets sont dans les cartons et que la direction a des contraintes budgétaires à respecter. Il précise aussi que le verdissement du site pourrait se heurter à des contraintes architecturales, les zones de béton surmontant généralement des parties souterraines.

Lors de l’agrandissement du Stade de l’Impact, une dalle surmontant un stationnement s’était d’ailleurs affaissée sous le poids de la terre utilisée pour la construction. La RIO souligne enfin qu’elle n’écarte pas le verdissement pour autant et a planté récemment plus de 110 arbres sur la portion nord-ouest du site.

Bon ben désolé, le fromage de brebis Made in Parc olympique, c’est pas pour demain…