Parlons immigration

La CAQ et la «préférence ethnique»

La CAQ et la «préférence ethnique»

Trois questions pour la CAQ:

1) N’est-il pas vrai que la politique canadienne d’immigration, basée sur les préférences ethniques jusqu’aux années 1960, a été considérée (et est toujours considérée) comme une politique discriminatoire et raciste?

2) N’est-il pas vrai que, selon les recensements canadiens, le groupe d’origine française, constitue un groupe ethnique, comme les Chinois, les Haïtiens, les Vietnamiens et les autres?

3) Alors, ne peut-on pas considérer qu’une politique de préférence pour le groupe français constituerait un retour en arrière avec des relents discriminatoires?

Commentaires 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Guy Tassé

    Il semble que ce parti pratique franchement et ouvertement une politique de ségrégation. Sans pudeur. La réponse aux trois questions est oui. Tenir compte de la protection de la langue française est légitime mais discutable. Tenir compte de la culture (test des valeurs) est condescendant et non-légitime. Parfois je me met à penser que la vague identitaire (partout dans le monde) est l’équivalent des égo-portraits: l’autre a disparu du champ de vision, tout pour soi…

    • Serge Daigno

      Tenir compte de la protection de la langue française est discutable? Vraiment?
      Oui, la CAQ pratique une forme de discrimination positive afin de préserver la seule communauté de culture et de langue francophone en Amérique. Est-il illégitime de vouloir préserver 400 ans de sueur et de labeur?

      • Hassan Gharbi

        Justement, nos femmes Maghrébines qui sont à plus de 90 % francophone, sont expressément visées par le projet de ségrégation systématique sous couvert de laïcité. Bien que parfaitement Francophone, je ne me sens pas très enthousiaste de défendre la langue de ceux qui veulent me marginaliser. Que ce Français, cause de tous nos malheurs , reste ou parte, cela ne me fait plus ni chaud ni froid

      • Guy Tassé

        Serge Daigno, je comprend votre réaction… Dans ce court texte je n’ai pas mentionné que pour moi ce qui est discutable (et mérite notre attention), c’est l’aspect humain de l’immigration: guerre, famine, pauvreté etc. En ce sens je ne puis accepter un manque de bienveillance d’aucune sorte.

  • B. Jacques

    Quelle niaiserie cet article, encore des accusations de racisme envers les Québécois, alors qu’on est un des peuples les plus pacifiques du monde et qui accueillent à bras ouverts le plus d’immigrants et de réfugiés par rapport à notre population. On commence à en avoir souper de se faire traiter de tous les noms.
    En fait ce qu’on veut au fond, ce sont des immigrants qui vont contribuer à construire le Québec français, pas des immigrants qui vont nous ignorer, qui vont voter contre nous, qui vont nous traiter de racistes à la moindre occasion, qui vont vouloir poursuivre le gouvernement avant même d’avoir mis les pieds au pays comme on l’a vu cette semaine. Des choses parfaitement légitimes et normales dont on n’a pas à avoir honte.

  • Gérard Deschênes

    En 2019, il faidrait être de mauvaise foi pour ne pas voir la vigueur du français, et ce, dans tous les secteurs de la société et c’est le résultat d’une très grande responsabilisation, depuis les 50 dernières années, des francophones canadiens-français québécois tant au plan politique qu’au plan économique, éducationnel et sociéal. Autrement dit, le français au Québec est plus fort que jamais dans notre histoire grâce à « nous-mêmes ». L’impact (négatif ou positif) de l’immigration sur le maintien de la force de notre langue restera toujours peu significatif si nous faisons nos devoirs. Cessons de croire que l’immigration francophone va nous sauver ou nous couler et faisons en sorte que le français soit incontournab’e pour faire une bonne et belle vie en cette société.

  • Karla

    Des questions fort intéressantes, dont la réponse me donnent froid dans le dos….