Prochaine station

Doublement victimes

Doublement victimes

Au lendemain d’attentats djihadistes, on s’attend généralement à observer une montée de l’islamophobie. Ce phénomène est aussi injustifié que triste pour les communautés musulmanes, ainsi doublement victimes de ces tragédies. Évidemment, au lendemain d’attentats perpétrés par des hommes blancs, on ne remarque pas cette hausse de méfiance à l’égard des hommes ou des Blancs. Comme le cœur, les amalgames ont leurs raisons que la raison ne connaît pas.

Mais ce à quoi on s’attendrait moins, c’est à observer une islamophobie décomplexée au lendemain d’un attentat perpétré précisément contre la communauté musulmane. Ainsi, selon un sénateur de la Nouvelle-Zélande, l’attentat de Christchurch ne serait pas survenu si le programme d’immigration n’avait pas permis à «des musulmans fanatiques d’immigrer en Nouvelle-Zélande». Bref, c’est l’islamophobie qui tue, mais c’est l’Islam qui est pointé du doigt. Parce que «ce sont eux, les méchants, d’habitude».

On ne veut pas la faire, la commission sur le racisme systémique, sous prétexte que tous les Québécois ne sont pas racistes. Comme s’il fallait faire l’économie de notre autocritique.

Au lendemain d’un attentat commis contre la communauté musulmane, on s’attendrait plutôt à observer une forme d’introspection de la part de ceux qui peuvent inciter l’opinion publique à entretenir un sentiment négatif à l’égard d’une communauté déjà marginalisée pour éviter que de telles tragédies continuent­ de survenir.

Parce qu’en fait, les raisons de cette islamophobie­ décomplexée, on les connaît. Des médias d’ici ont décidé de ne pas partager les nouvelles portant sur l’attentat de Christchurch sur leurs réseaux sociaux, connaissant trop bien les dérapages possibles de leur public abreuvé régulièrement de reportages paniques ou d’opinions populaires contre les musulmans. On ne se retourne pas contre une communauté qui pleure ses morts si on n’a pas été conduit à croire par des discours de moins en moins codés qu’il s’agissait d’une communauté inférieure.

Mais on trouve moyen de voir une équivalence entre la souffrance qui serait infligée par cette introspection nécessaire et la souffrance vécue par les victimes de l’islamophobie. On ne veut pas entendre les critiques d’un discours qui ne fait soi-disant que critiquer légitimement l’Islam. On ne veut pas croire qu’un événement s’étant déroulé à 12 000 km d’ici ait rapport avec nous, même si le nom d’un québécois bien de souche était écrit sur l’arme qui semblait appartenir au tueur. On ne veut pas la faire, la commission sur le racisme systémique, sous prétexte que tous les Québécois ne sont pas racistes. Comme s’il fallait faire l’économie de notre autocritique, et comme si cette idée qu’il serait plus pénible de remettre en question nos comportements racistes que de continuer à faire subir le racisme n’était pas elle-même un aspect du problème.

Pourtant, qu’a-t-on à perdre à réfléchir à ce qu’on pourrait faire pour améliorer le sort des communautés marginalisées? Il y a certainement un élément de réponse dans la question.

Commentaires 14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • André Delorme

    Des victimes, encore des victimes, toujours des victimes. Misère!

    • Nouvelle-Zélande

      Oui, 50, +6 par bissonnette….

      9 Massacre de l’église de Charleston, 77 victime par Anders Breivik,

      -Heather Heyer, victime de Charlottesville, millions de victimes de l’apartheid en Afrique du Sud

      , des millions de morts de 2 guerres mondiales, l’Holocauste, .. juste quelques-uns à mentionner..

      C’est une idéologie dangereuse, troublante et meurtrieuse l’extrême droite

      Il est temps de sonner l’alarme, toute la planète l’exige,

      n’êtes – pas d’accord?

      • Jeanne Soucy

        Pouvez-vous compter les victimes des religions maintenant?

    • Martin Gauthier

      Je ne comprends pas? Elle dénonce l’extrême-droite et leurs meurtre et sassassinats, à travers le monde, en particulier à la suite des 50 attentat terroriste meurtriers perpétrés en Nouvelle-Zélande, ce que toute personne normale fait, et devrait faire en ce moment, êtes-tu contre cela?

    • France Desnoyer

      Son silence en dit long

      S’il ne répond pas, c’est qu’il est d’accord!

  • Sebastien Gauthier

    « même si le nom d’un québécois bien de souche était écrit sur l’arme qui semblait appartenir au tueur »

    Quand le nom d’un Québecois se retrouve sur l’arme d’un terroriste, on pointe du doigt tous les Québécois.

    Quand des milliers de terroristes commettent des attentats en criant le nom de leur Dieu et en citant des versets du Coran, on nous dit que ça n’a rien à voir avec l’Islam et les Musulmans.

    La différence de traitement est flagrante.

  • Yves Rocheleau

    Oui en effet doublement victime mais pas pour les mêmes raisons que vous invoquez , mais bien par la faute de l islam elle même, par les radicaux en premier lieu… + de 15 ans de terreur djihadiste a travers le monde , les modérés par leur silence face aux atrocités des radicaux .

    Le ressac des occidentaux est plus que normal face a cette soi disant religion , cela fait il de nous des racistes pour autant ? NON…mais malheureusement il y a des dérives d extrême droite et la société Québécoise dans sa très grande majorité s en désole profondément .

    En page 2 de votre choux , une militante crie haut et fort a la xénophobie , au racisme des Québécois face au projet de société laïc, donc peu de place pour le dialogue .. hein .

    Voila de votre grande naïveté, vous voulez nous conduire exactement là ou le pleutre Couillard nous a mener. A vous lire faudrait que la société québécoise se fasse hara kiri et laissé toute la place aux sectaires .

    Comme toute nation , la société Québécoise n est pas parfaite , votre dégoût de notre société devrait elle pas être elle aussi considéré comme du racisme ? du québecophobe.
    laissez vous un peu de temps pour réfléchir .. pas juste accuser a tort et a travers … possible qu une certaine sagesse vous habitera .

    Sans rancune et bonne réflexion.

  • Pop

    Moi ma question est ;Pourquoi peut on critiquer, rire et dénigrer le peuple occidental et ces croyances, comme vous l’avez fait dans le brutes en ridiculisent la bible? Mais lorsque un fou fonce dans la foule avec son camion au nom de sa religion, aucune critique de l’islam ou des pays voyous ne sera toléré, histoire de ne pas faire d’amalgame….en thérapie de couple, l’introspection doit venir des deux côtés…

  • Mylène Nobert-Nadeau

    « (…) Parce qu’en fait, les raisons de cette islamophobie­ décomplexée, on les connaît. »

    On ne les connaître pas toutes. Il y en a une qui est tellement taboue que même au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, on n’a jamais songé un seul instant à reconnaître son existence. Attention, je ne prétends absolument pas que cette « raison » atténue, ne serait-ce que d’un iota , les actes du terroriste de Christchurch, mais elle contribue certainement à déculpabiliser ceux qui haïssent les musulmans et donc, indirectement elle peut mener à ce genre de drame.

    Cette raison la voici: l’islam est une religion violente. Ses bases (Coran et Sunna) comportent de nombreux textes qui véhiculent le mépris et la haine envers toutes les catégories de non-musulmans: juifs, chrétiens, polythéistes, athées et apostats. Insultes, condamnation systématique à l’enfer, appel à la guerre et au meurtre, les non-musulmans sont présentés comme d’horribles pécheurs. Contre eux toute la violence interdite entre musulmans est permise. Pire: les rares textes tolérants du Coran envers eux font partie des plus anciennes sourates et sont abrogés par des versets violents plus récents.

    Le Coran et la Sunna contiennent également beaucoup de textes misogynes et même homophobes ainsi que des prescription pour des peines barbares (flagellation, amputation, lapidation et décapitation).

    Beaucoup de gens cherchent à dédouaner le Coran de sa violence en invoquant celle de la Bible (qu’ils n’ont généralement pas davantage lue que le Coran) mais il n’y a rien de comparable. En terme de proportion (la Bible comporte 66 livres et 31 l71 versets et le Coran est un seul livre de 6 236 versets), la violence du Coran est omniprésente et systématique.

    J’encourage le public à lire le Coran et les hadiths de la Sunna, (en particuliers ceux qui portent sur les non-musulmans, la guerre, les femmes, les gais). On retrouve facilement ces textes sur Internet, les bibliothèques publics et les librairies. Vous pouvez aussi faire une recherche par mots-clefs sur un moteur de recherche pour trouver des listes de versets et de hadiths classés par thème.

    Lien utile:
    https://textup.fr/321253Hg

  • Louise-Anne Maher

    Il est étonnant de trouver d’aussi nombreux islamophobes sur facebook. C’est décourageant. On s’est attaqué à moi parce que j’ai publié que nous devrions avoir de la compassion pour les communautés musulmanes si durement touchées par la violence. Il y avait tant de haine dans les commentaires suivants, s’en était renversant. De la haine pour des communautés victimes d’attentats barbares.

    • yannick bisson

      C’est des extremistes de la droite qui font l’apologie des attentats terroristes de l’extreme-droite.

      Aller voir les commentaires sous l’article de Mme. Dalila Awada, une tonne d’exemple

  • Martin Gauthier

    Mme. Lussier nous livre un texte, mûrement réfléchi, éclairé et satisfaisant car elle sait faire preuve d’indépendance de jugement.

  • Michaël Lessard

    Bonjour,

    Erratum : c’est le sénateur australien Fraser Anning qui a tenu les propos en question. Il n’est donc pas sénateur de la Nouvelle-Zélande. Je suis Québécois, mais je crois que les gens de la Nouvelle-Zélande trouvent cette précision importante 😛

    Bien à vous.
    nb: je ne vais pas lire les commentaires. Je vais me donner un samedi sans haine.

Articles similaires