Prochaine station

Dérober les femmes de leur pouvoir

Dérober les femmes de leur pouvoir

Les personnes détenant des superpouvoirs sont généralement admirées.

Le lutteur André le Géant fascinait par sa taille exceptionnelle de 2,24 m. On soupçonne Beethoven de s’être situé quelque part sur le spectre de l’autisme, ce qui expliquerait sa capacité à composer ses plus grands airs alors qu’il était sourd. Gregory Charles n’a besoin que de quatre heures de sommeil, ce qui lui a sans doute permis d’apprendre autant de pièces musicales par cœur. Ces qualités exceptionnelles sont acclamées.

Sauf, semble-t-il, lorsqu’elles permettent à des femmes de se démarquer.

Cette semaine, la coureuse Caster Semanya a été exclue des Championnats du monde d’athlétisme en raison d’un taux de testostérone plus élevé que la moyenne, qui lui conférerait un avantage indu sur ses rivales.

Pourtant, l’histoire du sport est jalonnée d’athlètes dotés de caractéristiques physiques hors du commun. C’est le cas du nageur Michael Phelps, qui, en plus d’avoir un tronc et des pieds surdimensionnés, produit moins d’acide lactique que la moyenne, ce qui lui permet de récupérer plus rapidement.

La question du genre est une distraction.

L’idée selon laquelle les hommes ont un avantage certain sur les femmes s’ébrèche.

Dans le domaine de la course de fond, on commence à reconnaître que les femmes ont une plus grande endurance leur permettant de remporter les épreuves les plus extrêmes.

En janvier dernier, la coureuse Jasmin Paris est arrivée plus de trois jours avant ses rivaux masculins lors d’une course de 430 km… tout en tirant son lait. Le sexe faible, comme on a longtemps dit.

La question du genre est une distraction. L’idée selon laquelle les hommes ont un avantage certain sur les femmes s’ébrèche.

La semaine dernière, le philosophe Michel Onfray s’en est pris à la militante écologiste Greta Thunberg, la qualifiant de cyborg péchant par manque d’émotion; une référence à peine voilée au fait qu’elle soit autiste.

Un mème internet a habilement répondu à cette accusation en comparant des photos de Greta riant, pleurant et souriant à autant de photos de Michel Onfray impassible.

Il y a une injustice à ce que le sang froid de Greta lui soit reproché, alors qu’on sait combien les femmes ont été invalidées en raison de ce surplus d’émotivité allégué, qui les empêcherait si souvent de penser rationnellement.

Le statut neurologique de Greta Thunberg fait l’objet d’un double standard.

Alors que des hommes surdoués ou neuroatypiques sont qualifiés de génies, les superpouvoirs de Greta sont perçus comme une menace.

Si un garçon de l’âge de Greta Thunberg réussissait à mobiliser autant de monde, on louerait certainement de son charisme, son éloquence, sa capacité analytique.

On ne serait pas constamment en train de la réduire à un produit marketing ou à une marionnette incapable de penser par elle-même. Visiblement, le pouvoir des femmes dérange.

Il semble donc bien commode de le leur dérober avec cette tactique presque subtile qui consiste à le transformer en problème.

Récemment, le chercheur Gabriel Martin portait à mon attention l’histoire de Marie Sirois, une femme forte contemporaine de Louis Cyr qui a accompli les mêmes exploits et qui l’a même défié dans un affrontement n’ayant jamais eu lieu.

Mais plutôt que d’être honorée, la «femme la plus forte au monde» est tombée dans l’oubli.

Les femmes sont absentes de l’histoire pour toutes sortes de raisons.

Notamment parce qu’elles ont occupé des fonctions non officielles – ou non officialisées – et parce que l’histoire est teintée des a priori de l’époque où elle a été écrite.

Ajoutons à ces facteurs le fait que des qualités jugées remarquables chez des hommes aient pu être considérées comme répugnantes chez des femmes.

En témoignent notamment les nombreux procès de sorcières, qui nous apparaissent aujourd’hui comme d’évidentes tentatives de neutraliser des femmes bousculant l’ordre établi.

Greta Thunberg, Caster Semanya et Marie Sirois sont, en quelque sorte, des sorcières. Vive les sorcières!

Articles similaires