Opinions
09:09 23 juillet 2020 | mise à jour le: 23 juillet 2020 à 09:09 temps de lecture: 4 minutes

Port du masque, stop aux propos haineux

Port du masque, stop aux propos haineux

Des commerçants de la Beauce ont pris la parole lors d’une manifestation samedi dernier pour signifier leur désaccord quant au port du masque obligatoire par crainte de voir leur clientèle diminuer.

Les consommateurs qui ne veulent pas porter le masque se pénaliseront eux-mêmes, mais aussi les commerçants. Porter un masque m’apparaît une solution acceptable et la récente ouverture des commerces devrait favoriser une reprise économique dans un secteur déjà fragilisé. Autant y contribuer en respectant les règles sanitaires.

Selon ce que je constate, à la lecture des médias traditionnels et des différents médias sociaux, ceux qui protestent contre le port obligatoire du masque au Québec sont en minorité, mais crient plus fort que les autres.

J’estime aussi qu’il est dommage pour les commerçants et la population de la Beauce que ce mouvement leur soit attribué. Ils ont des enjeux touristiques importants eux aussi.

Cette manifestation passe pour celle des gens de la Beauce, alors que différents groupes du Québec en faisaient la promotion. Il n’y a qu’à suivre les médias sociaux pour le constater.

D’ici à ce que les recherches avancent et que la science puisse avoir des données solides sur ce virus qui nous déroute, le gouvernement demande aux gens de porter le masque. Ce n’est rien de si contraignant. En tout cas, c’est certainement moins pire que d’être confinés chez soi. L’idée est de tirer des leçons des pandémies antérieures, où l’adoption de mesures de prévention et d’hygiène ont porté leurs fruits. Nous attendons tous la découverte d’un médicament, peut-être un vaccin, qui éradiquera la maladie.

Nos statistiques démontrent que le confinement et autres mesures sanitaires ont permis de ralentir la propagation du virus. Les endroits dans le monde qui ont tardé à prendre des décisions ou qui ont effectué un retour aux activités sans encadrement reviennent sur leur position et doivent recommencer, c’est le cas notamment de la Californie. Voulons-nous à nouveau la fermeture de nos commerces?

Quant à la situation de la Suède, elle m’apparaît exceptionnelle. La notion de responsabilité sociale des individus semble plus forte là-bas qu’ailleurs.

Parlant de responsabilité sociale, la diffusion par les médias traditionnels et sociaux d’une vidéo déposée sur YouTube par un opposant au port du masque dans un établissement de restauration rapide de Montréal, n’a fait que contribuer à rendre la vidéo virale et stimuler la rogne dans les deux camps. Est-ce le rôle des médias de stimuler les propos haineux de part et d’autre ? Il était difficile, même pour les plus modérés, de ne pas se lancer dans la mêlée. Au hockey, il ne faut pas laisser la glace qu’à une seule équipe.

Oui, nous sommes dans une démocratie où chacun a le droit à ses opinions. Oui, un débat peut être sain et enrichissant, tant qu’il n’encourage pas les propos violents et ce, tant dans un camp que dans l’autre.

Voulons-nous contribuer aux débordements des services de santé qui jonglent déjà avec l’ensemble des besoins? Voulons-nous un autre confinement?

Je pense qu’on ne réduit pas la propagation d’un virus avec des notions de choix individuels quand on vit en société. Certaines fois, il faut imposer des règles.

Au pire des maux, choisissons le moindre!

Jacinthe Ouellette

Articles similaires