Opinions
14:00 9 avril 2021 | mise à jour le: 8 avril 2021 à 08:12 temps de lecture: 3 minutes

Pour un véritable partenariat entre Montréal et ses villes liées

Pour un véritable partenariat entre Montréal et ses villes liées

Depuis quelques jours, la course à la mairie de la Ville de Montréal a suscité une attention particulière. Cet intérêt est partagé par les représentants des 15 villes liées, qui souhaitent mieux connaître les personnalités qui entreront dans l’arène ainsi que les idées qu’elles proposeront pour la Métropole. En ce sens, il est évident pour nous que ces candidatures déclarées ou pressenties doivent aborder ces enjeux en tenant compte des relations que la mairie devra nouer avec ses villes liées, lesquelles contribuent annuellement pour près de 440 millions de dollars au budget de l’agglomération, une somme largement supérieure au poids démographique de nos villes.

En ce sens, il est utile de rappeler que nous partageons des services communs comme la gestion de l’eau, la sécurité publique, les grands parcs nature et le transport collectif. Or, les citoyens des municipalités de banlieues paient 62 % de plus que ceux de Montréal, et ce, pour les mêmes services.

En 2017, Montréal et les villes liées s’étaient entendues sur une formule temporaire de partage des dépenses d’agglomérations qui a pris fin en décembre 2019. Devant la nécessité d’établir une formule permanente, les villes liées ont proposé des ajustements à cette formule de partage pour qu’elle soit plus équitable, notamment en proposant d’intégrer des indicateurs qui tiennent compte du principe d’utilisateur-payeur. Malheureusement, nous faisons face à un mur d’indifférence de la part de notre principal partenaire qui refuse depuis plusieurs mois de négocier. Devant cette impasse, un comité de travail a été mis sur place par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest.

Or, les travaux de ce comité, qui devraient normalement permettre de conclure une entente, sont boudés par les représentants de la Métropole. Montréal refuse toujours de discuter et trouve diverses mesures pour retarder la tenue des rencontres. Cette situation est inacceptable et irrespectueuse. Les élus des villes liées, qui représentent quelque 250 000 citoyens, méritent une meilleure considération de la part des représentants montréalais.

Dans cet esprit, nous invitons les candidats déclarés et pressentis à expliquer comment ils entendent s’y prendre pour établir un réel partenariat entre Montréal et ses villes liées. Plus particulièrement, nous leur demandons qu’ils expliquent comment ils comptent dénouer l’impasse existante afin d’établir un nouveau cadre du partage des dépenses d’agglomération.

Par M. Beny Masella, président de l’Association des municipalités de banlieue (AMB) et maire de Montréal-Ouest

Articles similaires