Art de vivre

BlackBerry 10: les 12 travaux de BlackBerry

BlackBerry 10: les 12 travaux de BlackBerry
Photo: Maxime JohnsonLe téléphone intelligent BlackBerry Z10, équipé du nouveau système d'exploitation BlackBerry 10.

Ça y est, BlackBerry (le nouveau nom de Research in Motion) a finalement dévoilé son très attendu système d’exploitation BlackBerry 10, ainsi que ses deux nouveaux téléphones phares, les BlackBerry Z10 et BlackBerry Q10. Le travail ne fait toutefois que commencer pour la compagnie canadienne, si elle veut renverser la vapeur des dernières années et s’imposer comme une alternative crédible à Android et iOS.

Voici 12 travaux de BlackBerry, si la compagnie veut connaître du succès.

Système d’exploitation
1 : Intégrer la cartographie de Google
BlackBerry 10 offre une application de cartes qui n’est pas du tout à la hauteur des solutions d’Apple, Google et Microsoft. Intégrer Google Maps pour une prochaine mise à jour m’apparait définitivement la chose à faire.

2 : Miser sur la qualité plutôt que la quantité pour BlackBerry World
Il était important d’offrir une boutique d’applications tierces bien garnie pour le lancement de BlackBerry 10. C’est fait. Maintenant, l’effort (et l’argent) ne doit plus être investit sur le nombre d’applications, mais surtout sur leur qualité, notamment en s’efforçant d’obtenir les applications suivantes: Instagram, Rdio, Spotify, Netflix, etc.

3 : Démocratiser l’accès à BlackBerry Balance
BlackBerry Balance est une fonctionnalité de BlackBerry 10 qui permet de séparer son téléphone en deux partitions distinctes, une pour le travail, et une pour la maison. Malheureusement, cette fonctionnalité est réservée pour les entreprises. Ce sont elles qui ont le plus à gagner avec BlackBerry Balance, cela ne fait aucun doute, mais je crois quand même que les utilisateurs réguliers pourraient aussi en apprécier certains aspects.

4 : Rendre BlackBerry Remember aussi performant que Rappels (iOS)
BlackBerry 10 offre BlackBerry Remember, un outil pour enregistrer ses rappels et les synchroniser avec Outlook et Evernote. L’ajout de la géolocalisation et des autres fonctionnalités présentes sur Rappels serait une amélioration intéressante.

Notons que Remember n’est pas la seule fonctionnalité de BlackBerry 10 que la compagnie doit améliorer si elle veut rattraper Android et iOS. L’outil pour sélectionner du texte n’est pas très pratique, et les contenus tiers comme les films, les séries et les magazines devraient aussi améliorer leur offre francophone.

Appareils
5: Offrir au moins en option un format d’écran plus grand. Sans trop multiplier les différents modèles, RIM devrait lancer dans un avenir rapproché au moins un téléphone équipé d’un plus grand écran que celui du Z10, quitte à ce qu’il offre la même résolution pour ne pas engendrer de problème de compatibilité avec les applications existantes.

Je crois que 4.2 pouces est un excellent format, mais la tendance des derniers mois est plutôt vers les écrans de 4,7, et même 5 pouces.

Sans trop s’éparpiller, RIM pourrait définitivement intéresser une plus grande part du marché avec un troisième modèle du genre.

6: Intégrer une technologie de recopie vidéo sans fil. Apple a AirPlay, Google a Miracast. BlackBerry devrait intégrer une technologie du genre à ses appareils, idéalement Miracast justement, pour assurer une compatibilité entre ses téléphones et les nombreux appareils (adaptateurs, téléviseurs) Miracast qui seront lancés au cours des prochains mois.

BlackBerry 10 intègre bien le DNLA pour lire des vidéos ou écouter de la musique, mais ce standard est plus limité.

7: Conserver une bonne cadence de lancements. Lancer des téléphones fréquemment est une stratégie couteuse, mais il s’agit aussi du meilleur moyen pour rester dans la course et garder un certain momentum. Les lancements assurent les fabricants d’une place dans les médias, et ils gardent les amateurs accrochés à la marque.

Une seule compagnie se paye présentement le luxe de ne lancer qu’un appareil par année, et il s’agit d’Apple. L’entreprise de Cupertino est toutefois dans une situation différente, notamment parce que ses autres appareils – iPad, iMac, OS X, etc. – sont lancés d’une façon intelligente, tous biens séparés dans le temps, ce qui assure à Apple une visibilité constante.

RIM est plus limité dans ses options, mais l’entreprise devra néanmoins offrir une bonne cadence de lancements si elle veut elle aussi profiter d’une certaine visibilité et garder ses amateurs en haleine.

8: Rattraper les meilleurs téléphones Android. Le BlackBerry Z10 est un bon téléphone, mais d’un point de vue purement matériel, celui-ci est en retard sur les gros téléphones Android du moment, qui offrent notamment une minceur plus intéressante et des composantes internes plus performantes.

Pour l’utilisateur moyen, ce n’est pas du tout la fin du monde. Mais il faudrait quand même réduire l’écart. Surtout pour la minceur et le design, afin qu’un acheteur potentiel dans une boutique puisse avoir une aussi bonne première impression avec un téléphone de BlackBerry qu’avec un iPhone ou un appareil Android.

La compagnie
9 : Permettre, sous certaines conditions, à d’autres compagnies de lancer des appareils BlackBerry 10. Il s’agit ici d’un point plus controversé, mais je crois que BlackBerry aurait avantage à permettre à d’autres fabricants d’utiliser son système d’exploitation, en autant que ceux-ci respectent certaines conditions (comme la résolution de l’écran, et l’utilisation de certaines familles de processeurs, pour conserver la compatibilité des applications avec tous les BlackBerry existants).

La stratégie pourrait diminuer les revenus de la vente d’appareils, mais la plateforme s’en sortirait gagnante (et BlackBerry continuerait de tirer des revenus de son réseau et de ses BES pour les entreprises de toute façon).

10 : S’adresser au grand public directement. BlackBerry doit trouver des moyens pour rejoindre le grand public de la même façon que le fait Apple, malgré ses plus petits moyens.

Parmi les bons coups d’Apple desquels la compagnie canadienne doit s’inspirer, notons ses publicités didactiques, où les fonctionnalités plus complexes de l’iPhone sont expliquées clairement, et une présence dans les boutiques (tout particulièrement les Apple Store).

Je ne crois pas que le lancement d’un BlackBerry Store soit la marche à suivre, mais une présence à des évènements, la création de petits kiosques dans certaines grandes surfaces et une formation adéquate pour les vendeurs des différents opérateurs pourrait déjà représenter un bon départ.

11 : Continuer le bon travail effectué par l’équipe de relations avec les développeurs. Alec Saunders et son équipe ont fait un travail monstre au cours des derniers mois, avec l’organisation de conférences un peu partout dans le monde, de «portathon» virtuels pour encourager les développeurs à porter leurs applications vers BlackBerry 10, etc. BlackBerry doit maintenant s’assurer de continuer ce travail.

12 : Arrêter les tergiversations concernant l’avenir de la compagnie. Est-ce que BlackBerry va vendre sa division matériel? Ses services aux entreprises? Est-ce qu’elle va ouvrir son système d’exploitation?

Toutes les tergiversations entourant l’avenir de la société nuisent grandement à la perception qu’en ont les gens. Et pourtant, cette perception est cruciale, puisque personne ne veut passer vers une plateforme dont on a l’impression qu’elle pourrait s’éteindre à tout moment (et c’est encore plus vrai en entreprises). Non seulement ça, mais toutes ces rumeurs rendent l’action de BlackBerry encore plus volatile, et détournent l’attention de la compagnie.

BlackBerry a encore une base d’utilisateurs solide, et avec BlackBerry 10, la compagnie détient une plateforme moderne, sur laquelle elle peut baser son avenir.

Thorsten Heins doit maintenant mettre ses culottes, annoncer clairement ses intentions pour l’avenir et poursuivre la reconstruction de l’entreprise sur des bases solides.

Beaucoup de pain sur la planche
BlackBerry a encore beaucoup de pain sur la planche, et la route ne sera certainement pas facile. Je crois néanmoins que si la compagnie joue bien ses cartes (notamment en suivant ces 12 conseils!), celle-ci peut encore remonter la pente et s’imposer à long terme comme l’un des principaux systèmes d’exploitation mobiles (je vous invite à lire sur ce sujet mon billet Quel avenir pour BlackBerry? Attention aux conclusions faciles.

Je publierai un test complet du nouveau BlackBerry Z10 lors de ma chronique Vie numérique dans le Journal Métro la semaine prochaine (en attendant, vous pouvez aussi lire mes premières impressions du Z10 ici).

Je vous invite aussi à lire en attendant l’article de mon confrère Maxime Huard BlackBerry 10: tout n’est pas perdu pour RIM.