Vie numérique
12:00 18 août 2015 | mise à jour le: 18 août 2015 à 14:35 temps de lecture: 5 minutes

OnHub: Google veut simplifier les routeurs

OnHub: Google veut simplifier les routeurs

Un routeur plus simple, mais tout aussi performant et adapté pour le futur. Voilà, en gros, le défi que s’est donné Google pour le OnHub, un nouveau routeur conçu en grande partie au Canada (en collaboration avec le fabricant TP-Link) et dévoilé aujourd’hui par le géant américain.

La simplicité
onhub app

Google n’est pas la première compagnie à tenter de simplifier les routeurs (Cisco avait notamment tenté l’expérience il y a quelques années avec sa gamme de routeurs Valet, développée par l’équipe derrière la caméra Flip), mais la compagnie semble avoir poussé l’effort un peu plus loin avec son nouveau OnHub.

L’installation ne prend en effet que quelques secondes, et ne demande d’entrer aucun code ou mot de passe inscrit en petits caractères sous le routeur. Lors de l’installation initiale, le contact entre le routeur et son téléphone intelligent – le moyen principal pour communiquer avec le OnHub – se fait en approchant ses deux appareils pour que ceux-ci communiquent par un son plutôt mélodique, qui rappelle les bruits émis par le robot R2-D2 de Star Wars.

Tout ce que l’utilisateur a à faire, c’est d’entrer le nom qu’il souhaite donner à son routeur et son mot de passe.

Une fois son routeur installé, il est aussi facile de consulter quels sont les appareils reliés au réseau, combien chacun consomme de données et de prioriser la bande passante vers un appareil pour une certaine durée.

Il est aussi possible de donner un accès à distance aux paramètres de son routeur à un ami et de tester la vitesse du routeur à l’Internet ou du routeur à son téléphone, afin de régler un problème technique.

Si aucune fonctionnalité ne semble unique pour l’instant, l’interface développée par Google, elle, est certainement des plus conviviales.

Les performances
onhub3

Côté performances, le OnHub ressemble aux autres routeurs haut de gamme du moment, grâce à ses 12 antennes Wi-Fi (2,4 GHz et 5 GHz) et à sa sa compatibilité avec les normes 802.11a/b/g/n/ac et sa vitesse AC 1900 allant jusqu’à 1900 Mbps.

Celui-ci n’est toutefois doté que d’une seule sortie Ethernet et d’un seul port USB 3.0, qui n’est pas activé au lancement de surcroit.

Notons que malgré sa simplicité, Google promet que les fonctions avancées que l’on retrouve dans les routeurs normalement sont aussi offertes dans le OnHub, mais cachées dans l’interface. La liste complète des paramètres accessibles n’est toutefois pas offerte pour l’instant.

Là où le OnHub pourrait bien tirer son épingle du jeu est par son design. L’appareil est en effet un cylindre très sobre (grâce à un couvercle uniforme amovible rappelant le boitier du Mac Pro d’Apple), conçu pour être assez joli pour être installé en hauteur, dans une bibliothèque par exemple.

En étant placé à la vue de tous, plutôt que caché sous un bureau, le OnHub devrait pouvoir fournir un meilleur signal que ses compétiteurs, et assurer ainsi une vitesse plus rapide et une plus grande portée. Si l’idée semble valide en théorie, il faudra évidemment attendre de voir comment les gens s’en serviront réellement à la maison.

Car oui, le OnHub est beaucoup plus joli que la moyenne, mais ce n’est pas un Rodin non plus…

Le futur
onhub2

Le OnHub est aussi conçu pour le futur, lui qui intègre notamment des radios Bluetooth, Weave et 802.15.4, tous des protocoles qui pourront permettre au routeur de Google d’interagir avec les différents appareils de l’Internet des objets qui sont attendus massivement dans les demeures au cours des prochaines années.

Comment est-ce que le OnHub interagira avec ces appareils? Ça, malheureusement, on l’ignore, puisque ces fonctionnalités seront ajoutées au routeur lors « d’une mise à jour future », une phrase qui été répétée abondamment dans une démonstration devant les médias organisée hier par Google.

Au moins, les capacités matérielles sont là, et le OnHub est en effet en meilleur position que ses concurrents pour s’imposer à l’heure de l’Internet des objets.

Parmi les autres fonctionnalités qui pourraient être ajoutées avec le temps, notons une certaine forme de contrôle parental et une intégration du port USB 3.0 (peut-être pour y ajouter un disque dur externe).

Notons que toutes ces mises à jour sont automatiques, ce qui devrait aussi permettre à Google de corriger automatiquement des failles de sécurité, le cas échéant.

Le OnHub de Google sera lancé au Canada le 31 août pour 269$ chez Best Buy et dans le Google Store.