Art de vivre

Cinq trucs contre la lucite estivale

Cinq trucs contre la lucite estivale
Photo: Métro

La lucite estivale est un phénomène très courant qui se caractérise par l’apparition de rougeurs, de petits boutons et d’importantes démangeaisons après une exposition au soleil. Voici quelques conseils pour vous en prémunir.


CV
Nom: Isabelle Poirier
Poste occupé: Formatrice régionale pour LaRoche-Posay


1. S’exposer graduellement
La lucite touche plus particulièrement les teints clairs et les peaux non bronzées. Voilà pourquoi elle apparaît généralement au printemps, alors que notre peau n’a pas été exposée aux rayons solaires depuis de nombreux mois. «Lorsqu’on a été privé de lumière pendant tout l’hiver, on a souvent le réflexe de vouloir profiter au maximum des premières belles journées ensoleillées. Idéalement, on devrait s’exposer au soleil une quinzaine de minutes pour commencer, puis augmenter la durée de façon progressive», explique Isabelle Poirier.

2. Opter pour une protection à large spectre
On entend souvent parler des rayons UVB, car ils sont responsables des coups de soleil. Toutefois, les rayons UVA, bien que méconnus, sont encore plus nocifs pour la peau, car ils pénètrent plus profondément les tissus cutanés. En plus de causer des rides, des taches brunes et des cancers de la peau, ils provoquent les lucites. «Ce que la plupart des gens ignorent également, c’est que les UVA représentent 95% des rayons qu’on reçoit et qu’ils sont présents du lever au coucher du soleil, beau temps, mauvais temps. Fait à noter, ils traversent les fenêtres!» révèle Isabelle Poirier.

3. Attention aux produits photosensibilisants
Plusieurs médicaments peuvent rendre notre peau plus sensible aux rayons du soleil. C’est le cas, par exemple, de certains anti-inflammatoires­, de plusieurs antibiotiques et des traitements contre l’acné. Certains ingrédients contenus dans les produits cosmétiques, comme le rétinol et l’huile essentielle de bergamote, ont aussi des propriétés photosensibilisantes. Pour connaître les précautions à prendre lorsque vous suivez un traitement, vous pouvez consulter un pharmacien.

4. Cesser l’exposition dès les premiers symptômes
Lorsqu’ils se trouvent affligés de rougeurs, de boutons et de démangeaisons à la suite d’une exposition au soleil, bien des gens croient qu’ils souffrent d’une allergie à la crème solaire. Or, s’il est vrai que certains ingrédients contenus dans les écrans solaires peuvent provoquer des réactions cutanées, il est beaucoup plus probable que ces désagréments soient le fruit d’une lucite. «Dès que de tels symptômes se manifestent, il faut donc entrer à l’intérieur ou, du moins, couvrir toutes les parties du corps exposées. Pour se soulager, on peut prendre une douche avec un nettoyant sans savon et appliquer une eau thermale ou un hydratant», suggère Isabelle Poirier.

5. Consulter au besoin
Il existe deux types de lucite : la lucite bénigne et la lucite polymorphe à la lumière. La première s’atténue normalement au bout de quelques jours, mais la seconde, beaucoup plus grave, ne disparaît pas et tend même à s’aggraver avec le temps. «Quoi qu’il en soit, si vos symptômes vous incommodent ou vous inquiètent, n’hésitez pas à consulter un médecin. Celui-ci pourra notamment vous prescrire des médicaments pour soulager les démangeaisons», indique Isabelle Poirier.