Art de vivre

Les Jardineries: un paradis urbain au pied du Stade olympique

Les Jardineries: un paradis urbain au pied du Stade olympique
Photo: MetroLes Jardineries

Nichées au pied du Stade olympique, Les Jardineries ont été conçues dans le but de se réapproprier les sites postolympiques. Cet espace de vie, unique à Montréal, s’anime de nouveau jusqu’au 5 octobre pour une quatrième édition.

Un lieu verdoyant qui accueille gratuitement les résidants du quartier comme les curieux en quête d’un moment de détente. Autrefois bétonnée, l’esplanade s’est transformée en magnifique jardin où les citoyens sont invités à participer à son entretien.

«En effet, dans le cadre des Jardineries, nous opérons à plus petite échelle, avec l’aide de bénévoles, bien sûr, précise Carlo Primiani, chargé de projets pour Les Jardineries. Contrairement à la logistique exigée pour de plus grands événements, on aspire tout simplement à ce que les gens aient un accès quotidien à ce lieu champêtre».

Le projet des Jardineries, initié par La Pépinière/ Espace collectif — organisme sans but lucratif visant à rendre les villes plus participatives –, s’est donné pour mission d’aménager et de verdir les lieux tout en offrant des ateliers d’animation et d’éducation.

Et ça fonctionne! Lors de mon passage aux Jardineries, une horticultrice préparait un cours de jardinage dans le potager communautaire, pour le lendemain matin, alors que quelques courageux sciaient du bois en pleine canicule pour agrandir la cabane principale.

Place à la Place!

«En Europe, chaque ville a son marché ou sa place publique, lieu de rassemblement où les gens se côtoient naturellement. En Amérique du Nord, les villes n’ont pas été conçues ainsi, avec une place centrale favorisant les échanges commerciaux et humains. Pourtant, ces lieux de rencontre, porteurs d’un mieux-vivre ensemble, sont vitaux pour favoriser la solidarité citoyenne et atténuer l’isolement.

«Les Jardineries font ainsi office de place publique, constate Carlo Primiani. Elles s’inspirent du Place Making, un concept du new-yorkais Fred Kent, né à la fin des années 70, et qui proposait une démarche d’aménagement des espaces urbains par la communauté, de la conception à la gestion. On espère être une inspiration pour d’autres quartiers ou d’autres villes qui aimeraient vitaliser et humaniser leur environnement.»

Mission accomplie pour Les Jardineries. La population, toutes générations confondues, a accès gratuitement à des aires de jeux, à des hamacs, à un terrain de pétanque, et peut aussi assister aux spectacles à «micro-ouverts» du vendredi soir (espace disposant de 150 places assises). En effet, lors des vendredis Vent dans les voiles, les gens sont invités à monter sur scène pour partager leur talent. Au programme, improvisation, karaoké, poésie, concert acoustique… Une nouveauté qui semble déjà ravir les artistes en herbe ainsi que le public.

Place aux plaisirs gourmands

Des barbecues crépitant en libre-service ou des pizzas cuisant dans un four extérieur au feu de bois (le seul à Montréal) font le bonheur des visiteurs. Et vous succomberez sans doute à la fraîcheur des bières microbrassées, à déguster dans le joli biergarden.

Mais selon Carlo Primiani, l’événement culinaire de l’été est sans contredit celui des Grandes Tablées Champêtres.

«Une fois par mois, toujours le samedi soir, on invite les gens à apporter un ou plusieurs plats faits maison pour créer un grand potluck extérieur à partager! Un fabuleux festin dont se régalent voisins, amis ou familles! Tout le monde est invité, pas besoin de s’inscrire en ligne ou de payer quoi que soit», ajoute, tout sourire, le chargé de projets.

La prochaine Grande Tablée Champêtre aura lieu le 17 août, dès 17h.

Les Jardineries sont ouvertes jusqu’au 5 octobre.

Pour plus d’infos, voir la page Facebook Les Jardineries.

 

Collaboration spéciale.