Art de vivre

Cinq trucs contre les pellicules

Cinq trucs contre les pellicules
Photo: MétroIl existe deux types de pellicules: sèches et grasses.

Bien qu’elles soient sans danger, les pellicules peuvent être embarrassantes. Un coiffeur et coloriste nous explique comment les prévenir et les traiter.

CV

Nom: Vincent Bonhomme

Poste occupé: Fondateur du Jardin d’art et de coiffure

En ligne: mtl.jardinartcoiffure.com

1. Éviter les produits abrasifs

La plupart des produits capillaires contiennent des tensioactifs de synthèse, comme le laurylsulfate de sodium. Ceux-ci ont comme utilité de rendre les crèmes, les lotions et les shampoings plus homogènes, tout en augmentant leur pouvoir nettoyant. «Le hic, c’est que certains types de tensioactifs sont très abrasifs pour le cuir chevelu. Ils peuvent même provoquer des réactions allergiques. Si on a un cuir chevelu sensible, on doit opter pour un shampoing qui contient des tensioactifs plus doux, comme ceux d’origine naturelle», suggère Vincent Bonhomme.

2. Gare au pH!

Les pellicules peuvent être causées par un champignon: le Malassezia globosa. Puisque celui-ci fait partie de notre microbiote, il n’est pas souhaitable de l’éradiquer complètement. Néanmoins, il est possible de limiter sa prolifération, notamment en utilisant des produits possédant un faible pH. Des études ont en effet démontré que le Malassezia se multiplie moins rapidement en milieu acide. «Le pH du cuir chevelu se situe normalement autour de 4,5. Malheureusement, plusieurs shampoings sont neutres ou alcalins, c’est-à-dire qu’ils ont un pH égal ou supérieur à 7. Évidemment, cela peut causer un déséquilibre», révèle Vincent Bonhomme.

3. Manger sainement

«Une alimentation riche, variée et équilibrée n’est pas seulement un gage de santé : elle aide aussi à garder les pellicules à distance», assure le coiffeur. Par ailleurs, une récente étude européenne a démontré que la consommation de lactobacilles pouvait aider à diminuer la quantité de pellicules. Ce genre de bactéries se trouve dans les yogourts ainsi que dans d’autres produits lactofermentés, comme le kimchi, la choucroute, le miso et le pain au levain.

4. Chouchouter son cuir chevelu

«En coiffure, on se préoccupe souvent des pointes, au détriment du cuir chevelu. Or, des cheveux sains, ça commence par un cuir chevelu sain!» insiste le coiffeur. Il suggère notamment de masser régulièrement le fond de la tête. «Pour ma part, j’utilise un mélange d’huiles végétales, comme l’huile de jojoba, auxquelles s’ajoutent des huiles essentielles, comme celle de niaouli. Cela permet d’hydrater et d’apaiser le cuir chevelu, puis active la circulation sanguine», explique-t-il. Avant de procéder au shampoing, on peut aussi appliquer un masque capillaire.

5. Adopter la bonne fréquence de lavage

Il est généralement déconseillé de laver ses cheveux tous les jours. Cela dit, si nos cheveux deviennent gras au bout d’une journée, que ce soit parce qu’on a fait une séance de sport ou tout simplement parce que notre cuir chevelu est ainsi fait, il faut les laver autant que nécessaire. «Il est vrai que les lavages trop fréquents peuvent stimuler la production de sébum et irriter le cuir chevelu. Cependant, l’excès de sébum est lui aussi néfaste, car il étouffe le cuir chevelu et provoque l’apparition de pellicules. Il faut donc trouver le juste équilibre qui convient à la fois à notre mode de vie et à notre type de cuir chevelu», conclut Vincent Bonhomme.