Bouffe

Une «vitrine du savoir-faire culinaire local» à la gare d’autocars de Montréal

Une «vitrine du savoir-faire culinaire local» à la gare d’autocars de Montréal

D’abord implanté dans des bureaux d’entreprises comme BNC ou Danone, le concept de machines distributrices On mange quoi vient d’investir la Gare d’autocars de Montréal.

Les voyageurs y trouveront, comme dans les autres machines, une variété de plats principaux cuisinés localement, mais aussi des collations et des boissons, et ce, à toute heure du jour ou de la nuit. Des exemples? Les quiches de Carrément Tarte, les bols de Chef Yamamoto et les barres protéinées Crickstart, ou
encore les boissons 1642.

D’autres fournisseurs sont appelés à agrandir la famille, souligne l’un des trois cofondateurs, Yann Berhault. «On essaie toujours d’aller en chercher de nouveaux [pour offrir encore plus de choix]», indique-t-il en entrevue.

D’ailleurs, On mange quoi lancera deux coffrets-cadeaux lundi, juste à temps pour les Fêtes. Les coffrets Mixologie et Gourmet rassembleront des produits triés sur le volet provenant de plusieurs nouveaux fournisseurs, comme les petites gourmandises Les Minettes, et seront vendus de 25 à 30$ pour une valeur d’environ 50$. «On est bien confiants que ça fonctionnera bien», commente le chef des opérations, qui espère lancer d’autres coffrets thématiques dans les prochains mois si tout va bien.

5 jours
La durée de vie des boîtes-repas va jusqu’à cinq jours. Dans les rares cas où des plats n’ont pas été achetés avant la date de péremption, On mange quoi s’assure de les remettre à l’organisme Dans la rue, ou encore à des frigos communautaires. «Dans tous les cas, on ne veut pas de gaspillage alimentaire, affirme Yann Berhault. On trouvera toujours une solution pour en faire bénéficier quelqu’un.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *