Carrières

Les emplois du cannabis

Les emplois du cannabis
Photo: Getty ImagesYoung woman preparing homeophatic medicine from marijuana plant.

De la culture à la vente au détail, en passant par la production et le marketing, la toute jeune industrie du cannabis recrute dans tous les domaines!

Quels emplois sont 
aujourd’hui offerts dans ce secteur bien particulier?

La culture et la production
Avec la légalisation, de nombreux producteurs de cannabis
ont vu le jour. Et, pour absorber la demande, ces derniers ont dû recruter des spécialistes en horticulture, en transformation, en contrôle qualité, des agronomes, mais aussi de technologues en développement de formulation, des techniciens d’entretien, des assistants de récoltes, des nettoyeurs industriels ou encore des gardiens de sécurité.

Par ailleurs, des laboratoires spécialisés dans l’analyse du cannabis recherchent actuellement des chimistes, des microbiologistes et des responsables de laboratoire.

La vente
Au Québec, les seuls points de vente autorisés sont ceux de la Société québécoise du cannabis (SQDC). Cette dernière est actuellement à la recherche de chargés des communications et affaires publiques pour son siège social, mais recrute également des employés pour ses différentes succursales: des postes de conseillers à la vente, à temps plein ou à temps partiel, ou des postes de direction. D’après les chiffres annoncés, on pourrait compter de 100 à 150 points de vente au Québec d’ici 2020, avec de 10 à 15 vendeurs par succursale.

La formation
Certains établissements ont récemment mis en place des stages pour former des cultivateurs de cannabis. Des universités comme McGill recherchent également des professionnels pour développer des programmes à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement. Pour le reste, en l’absence de formation spécifique reconnue, les entreprises optent souvent pour des profils d’horticulteurs et de biochimistes qui peuvent aussi être de fins connaisseurs du produit, 
surtout quand il s’agit de 
production.

À noter que du côté de la production, une vérification des antécédents judiciaires des employés en contact avec la plante peut être effectuée. Idem à la SQDC, où les candidats devront accepter de se soumettre au processus d’habilitation sécuritaire effectué par la Sûreté du Québec.

Les salaires
Un conseiller en vente de la SQDC commencera à 14$ l’heure, tandis que pour des spécialistes en horticulture, en transformation ou en contrôle qualité, les salaires sont souvent comparables à ceux des industries semblables : ils atteignent entre 18 et 25$ l’heure, alors que les assistants de récolte commencent à 12,50$ l’heure.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *