Carrières

Musicothérapie au bureau

Musicothérapie au bureau
Photo: Getty Images/iStockphoto

Écouter de la musique au travail améliore la productivité. C’est ce que révèle un sondage Accountemps sur la question.

«Pour beaucoup de professionnels, écouter de la musique au travail est relaxant, aide à limiter les distractions et peut accroître la concentration et la productivité, particulièrement dans les environnements de travail plus occupés», déclare David King, président d’Accountemps au Canada.

Avec la multiplication des bureaux à aire ouverte et la popularité du télétravail, souvent à partir de lieux publics, on comprend pourquoi 61% des sondés se considèrent comme plus efficaces lorsqu’ils se créent une bulle en s’isolant du bruit des autres… et en contrôlant ce qui meuble leurs oreilles.

Concentration et créativité
Pour la chercheuse américaine et professeure adjointe en musicothérapie de l’université de Miami Teresa Lesiuk, qui s’intéresse à l’influence de la musique en milieu de travail, les mélodies aident à tirer le cerveau du mode de pensée automatique. Et comme la musique influence l’humeur, elle a aussi constaté que ceux qui en écoutent ont de meilleures idées et parviennent à des solutions plus rapidement que ceux qui n’en écoutent pas.

La bonne conduite à adopter
L’utilisation d’écouteurs constitue une pratique respectueuse envers vos collègues, qui n’ont pas à subir votre amour de la pop ou du jazz. Attention toutefois à ne pas rendre difficile le contact ceux qui vous entourent: gardez le volume de votre musique bas pour entendre votre téléphone sonner ou un collaborateur parler.

Des genres plus susceptibles de donner de l’énergie
Pour les 400 adultes canadiens travaillant dans des bureaux qui ont répondu au sondage Accountemps, certains styles musicaux se démarquent lorsque vient le temps de récupérer son énergie et sa motivation. La pop, le rock, la musique alternative et le classique sont ainsi privilégiés à cette fin.

Moins populaire avec l’âge
Si 77% des répondants ont affirmé avoir le droit d’écouter de la musique au travail, il semblerait que les jeunes soient plus sensibles à l’impulsion que leur donnent leurs airs préférés. Ainsi, 87% des répondants de 18 à 34 ont mentionné en faire l’écoute au travail, alors que la proportion baisse à 73% chez les 35 à 54 ans et à 57% chez les 55 ans et plus.

Pour ne pas plomber la productivité des collègues

C’est connu: tous les goûts sont dans la nature, et il se peut que les rythmes qui vous rendent heureux tombent royalement sur les nerfs de vos voisins de bureau. Pour que votre milieu de travail puisse bénéficier de votre efficacité renouvelée sans que vos collaborateurs aient à redoubler d’efforts pour se concentrer, voici quelques conseils à garder en tête lorsque vous sélectionnerez votre prochaine liste d’écoute.

Montrez-vous discret dans l’appréciation de votre musique: évitez à tout prix de chanter, de fredonner ou de marquer le rythme avec votre corps. Vous risquez de déconcentrer vos collègues.

Baissez le volume de votre musique lorsque vous discutez avec vos collègues (ou enlevez complètement vos écouteurs): ce sont eux qui ont la priorité, pas votre trame sonore.

Si vous faites partie des 41% des chanceux qui n’ont aucune restriction au travail pour ce qui est de la musique, soyez conscient qu’il s’agit d’un privilège: 11% des sondés ne peuvent pas écouter de musique et 30% peuvent le faire à condition d’avoir un casque d’écoute. Limitez-vous donc à des moments où votre bureau est tranquille ou lorsque vous êtes seul.

Articles similaires