Carrières

Apprendre à parler de son congédiement

Apprendre à parler de son congédiement
Photo: MétroPour préciser les raisons de son congédiement à un futur employeur, l'honnêteté est la clé.

Il y a différentes raisons d’être congédié. Doit-on en parler à un employeur potentiel s’il pose la question? Bien entendu, mais comment traiter ce sujet délicat?

Préparez-vous à parler de votre congédiement

Aborder la question d’un congédiement n’est certes pas agréable, mais comme le sujet risque d’être soulevé en entrevue, mieux vaut bien se préparer. Évidemment, pas la peine de précipiter les choses en parlant soi-même de son congédiement. La question viendra bien assez vite! Et pour éviter d’être submergé par les émotions, il est préférable d’avoir réfléchi à la façon dont on abordera le sujet.

Il faut évidemment éviter de mentir. Si vous êtes retenu après l’entrevue, il y a de fortes chances pour que votre ancien employeur soit contacté. Vous avez donc la possibilité de donner votre version des faits avant que quiconque puisse commenter votre congédiement. Si le recruteur découvrait que vous avez menti lors de l’entrevue, vos chances d’embauche seraient alors presque nulles.

Lorsque la question vous sera posée, sans vous éterniser sur le sujet, répondez de façon précise. Évitez de vous poser en victime, mais dites clairement ce qui est arrivé. Si vous hésitez ou si vous répondez de façon évasive, le recruteur pensera que vous tentez de lui cacher la vérité. Peu importe les raisons de votre congédiement, l’honnêteté est de mise.

Restez positif

En vous préparant à expliquer la situation, vous éviterez également de dire des choses que vous pourriez regretter. Restez le plus neutre possible. Pas la peine de vous dénigrer devant un employeur potentiel. Être congédié ne signifie pas que vous êtes un mauvais employé. Expliquez la situation et misez sur vos aptitudes pour montrer que vous êtes un bon candidat et que vous avez confiance en vous.

Évitez également de critiquer ouvertement votre ancien employeur même si vous jugez qu’il a été injuste à votre égard. Si vous parlez en mal de lui, le recruteur se dira que vous n’hésiterez pas à faire la même chose s’il vous embauche. Tentez de formuler vos réponses de façon positive en montrant que vous n’avez pas de ressentiment envers ce qui s’est passé.

En expliquant les raisons de son congédiement, on ne rejette pas la faute sur son ancien employeur et on demeure positif quant à la situation.

Faites-en un apprentissage

Toute situation, positive ou négative, peut devenir source d’évolution. Si vous avez été congédié parce que vos compétences étaient inadéquates, montrez que vous avez fait des démarches pour parfaire vos qualifications.

Si vous avez été congédié pour une faute que vous avez commise, montrez que vous avez bien compris les raisons de votre renvoi et expliquez ce que vous en avez retiré. Il est toujours préférable d’assumer ses erreurs plutôt que de tenter de les cacher, ou pire, de jeter le blâme sur quelqu’un d’autre.

Bref, dites-vous que vous n’êtes pas le premier à avoir subi un congédiement et que les recruteurs en ont vu d’autres! Être honnête et sincère est donc la meilleure façon de mettre toutes les chances de votre côté pour décrocher un nouvel emploi.