Carrières

Le transport en commun rendrait plus heureux

Le transport en commun rendrait plus heureux
Photo: Métro

Les travailleurs qui utilisent le transport public ou le vélo pour se rendre au boulot seraient plus satisfaits et plus détendus que les automobilistes, selon une étude britannique publiée en septembre 2014 dans la revue Preventive Medicine.

Une équipe de chercheurs menée par Adam Martin, économiste spécialisé en économie de la santé à l’Université d’East Anglia, en Angleterre, a accumulé pendant 18 ans des données sur 18 000 travailleurs britanniques âgés de 18 à 65 ans. Elle a inclus dans son analyse des facteurs liés à la santé psychologique (insomnie, sentiment d’inutilité, humeur, incapacité à affronter des problèmes, etc.) et d’autres à teneur sociale (revenu, état civil et situation familiale, etc.).

Ils ont ainsi découvert que se déplacer en vélo ou à pied était bénéfique pour la santé mentale, ce qui vient s’ajouter aux bienfaits qu’on connaît pour la santé physique. Les automobilistes, quant à eux, seraient 13 % plus enclins à avoir des difficultés à se concentrer et à ressentir une pression constante. Plus les automobilistes prennent du temps pour se rendre de la maison au travail, moins ils sont heureux, ce qui affecte leur productivité au travail. Et à l’inverse, les personnes qui doivent marcher ou pédaler pour aller travailler se sentent plus heureuses. Ces résultats s’ajoutent à une étude publiée dans la revue Transportation, effectuée à l’Université Clemson en Caroline du Sud avec 13 000 participants, et qui révélait que les cyclistes étaient plus heureux et en meilleure santé que les automobilistes.

Tu conduis, tu t’ennuies
Ce qui peut sembler le plus étonnant parmi les observations faites dans cette étude, c’est que les utilisateurs des transports en commun se disaient plus heureux que les automobilistes, et cela, même si plusieurs irritants sont associés à ce mode de transport, comme les interruptions de service ou un grand achalandage dans le bus, le train ou le métro. Les chercheurs soulignent que lire, se détendre ou socialiser dans les transports publics seraient autant de moyens pour les usagers d’augmenter leur bien-être et d’améliorer leur humeur.

Ces chercheurs concluent donc que conduire un véhicule, une activité qui demande une concentration constante, peut causer de l’ennui, du stress et un sentiment de solitude.

La chercheuse Catherine Morency, titulaire de la chaire de recherche Mobilité de l’École Polytechnique de Montréal, avait d’ailleurs montré en 2011 qu’accomplir un aller-retour en transport en commun permet d’effectuer en moyenne 2500 pas et de faire ainsi le quart de l’activité physique quotidienne recommandée par Santé Canada. Mme Morency en avait conclu qu’on pourrait qualifier les transports publics de mode de transport semi-actif bénéfique pour les usagers.

Enfin, selon une autre étude, les personnes qui utilisent les transports en commun pour se rendre au travail font moins d’embonpoint et jouissent d’une meilleure santé physique que les gens qui utilisent leur voiture.

En moyenne, chez l’homme, il y avait une différence de 3,5 kilos entre les deux groupes.

Articles similaires