Maison

Les tagueurs à l’assaut de Montréal

Les tagueurs à l’assaut de Montréal
Photo: Marc-André Carignan

Suis-je le seul à être exaspéré par la prolifération de tags et de graffitis dans les quartiers centraux de Montréal?

Villeray, Plateau, Rosemont… Il est pratiquement devenu «normal» de croiser ces signatures de vandales à tous les 100 mètres sur un mur, un lampadaire, un abribus ou dans les stations de métro.

Ce qui est d’autant plus choquant, c’est de constater l’indifférence avec laquelle on laisse la problématique se propager. Propriétaires d’édifices, commerçants et arrondissements ne prennent même plus la peine de les effacer.

Le problème, c’est que le vandalisme attire le vandalisme. C’est ce qu’on surnomme en criminologie et en sociologie urbaine le principe de la vitre brisée. Selon ce dernier, si on ne répare pas rapidement la fenêtre cassée d’un bâtiment, les vandales casseront la vitre suivante le lendemain, tenant pour acquis que l’édifice est laissé à lui-même. Le surlendemain, on s’attaque au bâtiment suivant et ainsi de suite, jusqu’à ce que le quartier soit touché dans son entièreté. Conséquence: la propreté du domaine public diminue, tout comme le sentiment de sécurité.

C’est malheureusement ce qui est en train de se produire avec les tags, mais suis-je le seul à le remarquer? «Non, me confirme Daniel Beaulieu, président d’une entreprise spécialisée dans l’effaçage de graffitis depuis quinze ans. Il y a tellement eu d’efforts et de budgets débloqués ces dernières années pour lutter contre les graffitis au centre-ville que le problème s’est déplacé. Quand on efface le graffiti d’une personne trois fois de suite, il comprend qu’il n’est pas le bienvenu et va visiter d’autres quartiers».

Selon lui, les arrondissements doivent prendre rapidement le taureau par les cornes avant que la situation ne dégénère. «Faire un tag, c’est très rapide, poursuit-il. Une personne peut en faire une vingtaine en une nuit. […] Il faut les effacer rapidement avant qu’ils ne se propagent.»

Ma petite enquête m’a également amené à discuter avec le porte-parole du dossier Graffitis au SPVM, Pierre Liboiron. Selon les statistiques du Service de police, les arrestations et les plaintes en lien avec les graffitis sont en baisse ces dernières années. À titre indicatif, il y a eu 1600 rapports archivés dans les postes de quartier en 2013 contre 1041 en 2014.

Ces chiffres ne représentent toutefois pas la réalité sur le terrain. «Ce n’est que la pointe de l’iceberg, résume monsieur Liboiron. Ce ne sont que les graffitis rapportés au SPVM. Il y a bien des cas où les citoyens ne les signalent plus. Et si on n’a pas de plainte, on n’ouvre pas d’enquête. C’est un cercle vicieux.»

Mais honnêtement, peu importe les statistiques, il faut se mettre la tête dans le sable pour ne pas constater ce problème grandissant. Ce n’est pas que la propreté de nos quartiers qui est en jeu: c’est également l’image de Montréal.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *