Montréal

Technologies du futur dans le nouveau CUSM

Technologies du futur dans le nouveau CUSM
Photo: Denis Beaumont/Métro

Près de 28 000 nouveaux appareils bio-médicaux ont fait leur entrée dans le futur méga-hôpital du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Métro a pu en découvrir trois, qui ont en commun d’être à la fine pointe de la technologie, d’intervenir de façon plus précise et rapide et d’accélérer la convalescence des patients.

La précision d’un couteau
Futuriste, que ce CyberKnife M6 du CUSM, le premier à être installé au Canada. Il est aussi l’appareil le plus cher de l’hôpital, son coût étant évalué à 4 ou 5 M$.

Selon le Dr Bassam Abdulkarim, cette machine représente une évolution très importante en radio-oncologie. «Il pourra traiter des tumeurs difficiles à atteindre et les cibler, que ce soit dans le cerveau, le cou ou le poumons», a souligné le Dr Abdulkarim.

Les patients atteints de certaines tumeurs bénignes et malignes seront installés seuls dans la grande salle du Centre du cancer où se trouve le «couteau cybernétique», qui n’effectue en réalité aucune incision. Le personnel de soin opérera la machine à partir d’un centre de contrôle situé à l’extérieur de la salle. Un petit accélérateur linéaire, qui délivre la radiothérapie, s’activera autour du patient, posé sur un bras robotisé. «Des images sont prises en permanence pour s’assurer que la tumeur est précisément dans le faisceau des radiations», a expliqué le Dr Abdulkarim, directeur de la radio-oncologie au CUSM.

L’installation de l’appareil s’est faite de façon plutôt particulière. Étant donné l’étroitesse de l’entrée, il a été installé lorsque la pièce n’était que du béton. «On a ensuite construit tout autour: murs, planchers, mobilier», a raconté Florence Delaby, directrice des équipements médicaux pour SNC-Lavalin.

Cyberknife CUSM

La force de l’image
Les bras robotisés auront aussi la cote dans les salles de radiologie interventionnelle. Un robot, nommé le Zeego, viendra faciliter le travail des médecins lors de diverses procédures qui nécessitent de petites incisions très précises comme les biopsies, les angioplasties artérielles et le traitement de fibromes utérins. Le volume de patients traités pour ce genre d’intervention pourrait ainsi augmenter de 10 à 15%, croit le Dr David Valenti, radiologiste au CUSM.

Grâce au système d’imagerie médicale en 3D situé au bout du bras, on peut voir à l’intérieur du patient en moins de 10 secondes. Les images sont transmises sur un grand écran en arrière de la table d’intervention. «On voit les instruments insérés dans le patient et on voit la cible», a dit le Dr Valenti.

Zeego CUSM

Équipement suspendu
Le bloc opératoire hybride conçu pour les chirurgies vasculaires est deux fois plus grand qu’une salle d’opération dite normale. Presque tout l’équipement, incluant un système d’imagerie médicale permettant des opérations très précises, des écrans et des machines pour l’anesthésie, est suspendu dans les airs. Une salle hybride de ce type sera aussi en fonction pour les chirurgies cardiaques.

Salle d'opération CUSM

Défi d’installation
En chiffres:
•    La valeur de tout le nouvel équipement acquis par le CUSM est de 255 M$
•    95% des ces nouvelles technologies ont été installées dans les derniers six mois
•    Une équipe de 35 personnes a été constituée pour gérer cette installation
•    De l’équipement des hôpitaux actuels du CUSM sera aussi rapatrié

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *