Techno

Essai techno de la BMW X5 xDrive50i

Essai techno de la BMW X5 xDrive50i

Stationnement semi automatisé, possibilité de diffuser l’écran de son téléphone sur le système d’infodivertissement, aide à la conduite avancée, assistant vocal performant : BMW mise toutes ses cartes technos dans son X5 xDrive50i, un véhicule qui permet dès aujourd’hui d’avoir une petite idée des technologies qui s’en viennent dans les véhicules de demain.

iDrive 7 : un système qu’on contrôle comme on le souhaite

Le VUS X5 xDrive50i est l’un des premiers véhicules dotés du système d’infodivertissement iDrive 7 de BMW.

Alors que les premiers systèmes iDrive étaient auparavant sur le marché pendant plusieurs années (iDrive 4 a par exemple été offert dans les véhicules BMW pendant près de 8 ans), le fabricant allemand a depuis quelques années accéléré la cadence. Désormais, un nouveau système est proposé tous les ans, pour répondre aux demandes des consommateurs qui s’attendent à toujours plus de leur véhicule.

L’édition 2019 ne déçoit pas. La navigation est assez jolie, l’écran d’accueil peut être personnalisé pour n’afficher que ce qui nous intéresse, il est possible de contrôler toutes les fonctionnalités du véhicule et le système offre même des ajouts plus étonnants, comme l’affichage des dernières actualités (provenant d’ICI Radio-Canada au Québec). L’écran lui-même est d’ailleurs impressionnant, avec sa diagonale de 12,3 pouces. Il est difficile de revenir en arrière par la suite.

La plus grande force d’iDrive 7 est toutefois la facilité avec laquelle il est possible d’interagir avec ce dernier. BMW a carrément implémenté toutes les interfaces imaginables et inimaginables.

Si on souhaite monter le volume, par exemple, il est possible d’utiliser l’écran tactile directement, de tourner une molette dédiée sur le tableau de bord, d’effectuer un geste dans les airs en tournant le doigt, de contrôler l’écran à partir du volant, d’utiliser un gros bouton tactile au côté de la boite de vitesses et de parler avec l’assistant vocal.

Vous avez bien lu, vous disposez de six façons différentes de contrôler le volume dans la BMW X5 50i.

Est-ce qu’il y a une meilleure solution qu’une autre? C’est une question de goût. Personnellement, je préfère toujours les boutons physiques dédiés en premier (il y en a pour la musique, mais aussi pour la climatisation), puis le gros bouton tactile près du bras de vitesse. D’autres risquent de préférer l’assistant vocal, qui reconnait quand même bien le français québécois. Ce dernier est aussi intéressant pour accéder à certaines fonctionnalités qui sont cachées loin dans les menus, comme le point d’accès sans fil.

Les gestes dans les airs sont un peu moins pertinents, puisque le système prend un certain temps avant de reconnaître notre intention, mais dans l’ensemble, on apprécie la polyvalence d’iDrive 7.

Une connectivité avancée

Côté connectivité, iDrive 7 devance à bien des égards la plupart de ses compétiteurs (mais pas tous).

Parmi ses forces, notons la présence de CarPlay sans fil, qui permet d’utiliser le système d’Apple dans la voiture sans relier son téléphone avec un câble. La fonctionnalité est d’autant plus pratique que la BMW X5 50i est aussi dotée d’une surface de recharge sans fil compatible avec le protocole Qi (et donc les iPhone X, Xs ainsi qu’une pléiade d’appareils Android).

Vous entrez dans le véhicule et il suffit d’y placer votre iPhone X ou Xs pour que la recharge commence et que l’interface pour voiture d’Apple s’affiche sur le grand écran de 12,3 pouces.

Du côté d’Android, c’est un peu plus compliqué, puisque iDrive 7 n’est pas compatible avec Android Auto, l’équivalent de CarPlay. Vous pouvez recharger votre nouveau Galaxy S10 sans fil sans problème, mais pour le relier à l’écran, vous devrez plutôt activer une recopie d’écran. Quand la BMW est stationnée, vous pourrez regarder Netflix et consulter vos applications préférées, mais l’utilité du système diminue drastiquement lorsque le véhicule est en marche.

Il s’agit vraiment du seul point négatif d’iDrive 7 côté connectivité. Pour le reste, on apprécie la présence d’un point d’accès Wi-Fi pour ceux qui le désirent et on aime les ports USB-C placés dans la voiture qui démontrent une ouverture vers l’avenir.

L’application mobile ConnectedDrive n’est pas mal non plus. On peut l’utiliser pour activer les phares, débloquer les portes, faire sonner le klaxon, retrouver son véhicule sur une carte, partir la climatisation et même voir une vue tout autour du véhicule, avec la fonction Remote 3D View (avec laquelle j’ai toutefois éprouvé quelques difficultés).

Dernier détail, iDrive 7 est le premier système d’infodivertissement qui pourra être mis à jour facilement par l’utilisateur. Il ne faut pas s’attendre à ce qu’il soit mis à jour vers iDrive 8 (ce serait techniquement possible, mais j’en serais surpris), mais certaines fonctionnalités risquent d’être améliorées avec le temps, comme l’assistant vocal.

À mi-chemin vers l’autonomie

La BMW offre (en option) son lot d’aides à la conduite avec la X5 50i 2019.

La X5 offre par exemple le suivi des lignes de la route, un régulateur de vitesse adaptatif et des systèmes de protection contre les collisions. Vous devez toujours garder vos mains sur le volant, mais en théorie, vous pouvez donc laisser le véhicule vous conduire sur l’autoroute.

Le système de BMW est efficace, mais il n’a pas l’élégance des systèmes équivalents de Tesla et de Cadillac, qui offrent sensiblement les mêmes fonctionnalités, mais avec plus d’interactions pour nous expliquer ce qui se passe devant nous, ce qui nous met plus en confiance.

La X5 50i offre aussi quelques fonctionnalités reliées au stationnement. On peut s’en servir pour faire un stationnement parallèle ou perpendiculaire semi-autonome, par exemple. Le véhicule détecte où il peut se stationner et prend le contrôle du volant par la suite. Le conducteur n’a qu’à appuyer sur le gaz et les freins. Cette semi-autonomie est un compromis intéressant. Le système peut être capricieux quand vient le temps de trouver un endroit convenable, mais il est, en toute honnêteté, meilleur que moi pour se garer dans un espace serré.

Notons que les caméras et les capteurs du véhicule sont aussi utilisés à d’autres escients, pour détecter les voitures dans notre angle mort et pour avoir une vue à vol d’oiseau tout autour de la BMW X5 sur le grand écran (une autre fonctionnalité dont il est difficile de se passer par la suite).

Un luxe qui se paye

Le luxe que l’on retrouve dans les technologies de la X5 50i est évidemment aussi présent dans le véhicule lui-même. La conduite elle-même est superbe, les matériaux utilisés sont haut de gamme (cuir, bois) et le toit vitré est immense. Je vais laisser à d’autres le soin d’évaluer les performances du véhicule, mais avec son grand espace intérieur et ses 456 chevaux vapeurs, le X5 xDrive 50i mérite certainement ses qualificatifs utilitaire et sport.

Évidemment, toutes ces technologies – et surtout le véhicule lui-même! – se payent. Le modèle essayé ici, avec les options Premium Excellence et M Sport, ne se détaille pas moins de 106 500$. Le modèle de base du X5 xDrive50i est pour sa part vendu 86 000$, alors que le 40i moins puissant est offert à partir de 71 500$.