Techno

Une application mesure le temps perdu sur son téléphone

Une application mesure le temps perdu sur son téléphone
Photo: Métro

Bip! fait la notification. Bzz! fait la vibration. Ces sons sont maintenant bien présents dans notre quotidien. Probablement trop même. Ils représentent les signes vitaux de notre vie sociale et de notre présence en ligne.

Les chercheurs de l’université de Bonn, en Allemagne, quant à eux, en ont eu marre de la présence omniprésente du cellulaire dans leur vie. Ils ont créé Menthal, une application qui indique comment le temps est passé sur le cellulaire. Le psychologue Christian Montag espère que l’outil nous aidera à régler ce fléau des temps modernes.

Quel mauvais comportement développons-nous avec nos téléphones intelligents?
Nous ne pouvons pas encore diagnostiquer une dépendance, mais nous voulons comprendre comment les téléphones influencent notre culture et notre bien-être. C’est un débat que nous avons et qui fournira des données. Nous voulons identifier des phénomènes comportementaux dans le développement de la tolérance et le sevrage.

Sommes-nous si accros?
Nous avons mené une petite étude avec 50 participants. Ils pouvaient observer leur comportement avec leur cellulaire. La plupart du temps, ils y touchaient de façon inconsciente. Nous avons calculé que les téléphones intelligents étaient activés toutes les 12 minutes. Ça démontre de la préoccupation. De plus, les gens racontent qu’ils ressentent un grand vide quand ils sont sans leur cellulaire.

menthalQui sont les plus vulnérables?
Ceux qui ont une faible estime d’eux-mêmes ou qui sont peu satisfaits de leur vie sont souvent plus susceptibles de développer des comportements de dépendance.

Est-ce que certaines applications devraient avoir une mise en garde?
Nous ne sommes pas des Don Quichotte contre la technologie, mais il y a des gens qui n’utilisent que les réseaux sociaux et ne rencontrent pas leurs amis dans la vraie vie. Ça, c’est un vrai souci.

Comment traite-t-on ce problème?
Dans les cas extrêmes, nous conseillons de consulter un spécialiste de la dépendance. Mais il y a des trucs que nous pouvons faire. Par exemple, bien des gens utilisent leur téléphone pour regarder l’heure, alors qu’ils peuvent porter une montre pour réduire leur temps d’utilisation. On peut aussi éviter d’avoir son cellulaire dans les mains pour éviter qu’il nous distraie.

N’y a-t-il pas une contradiction dans le fait de créer une application pour contrer la surutilisation du cellulaire?
À ce stade, nous pensons que la première étape est de fournir les chiffres sur l’utilisation pour en faire une sorte de miroir vers l’utilisateur. Les gens sont surpris et nous disent «Je n’avais pas idée que j’étais si pire que ça!» Ça les aide à délaisser leur téléphone plus souvent.

Menthal