Tendances

Une robe signée Bob?

Une robe signée Bob?
Photo: Rose Mercier-Marcotte/Collaboration spéciale

Robert Atelier propose des vêtements pour femmes depuis quelques saisons à peine. Coup d’œil sur une jeune griffe à l’ADN déjà bien défini.

Mouvement
De l’aveu même du designer Charles Bertrand, l’esprit créatif derrière la marque Robert Atelier, chaque pièce commence avec une étude du mouvement. «J’imagine comment le vêtement va bouger s’il y a du vent ou s’il est dans l’eau, comment il va tomber, sa fluidité… Certains s’inspirent des couleurs ou des motifs. En ce qui me concerne, le processus est un peu plus abstrait.» Concrètement, cela se traduit par des modèles aux lignes épurées et minimalistes, souvent amples et parfois agrémentées de plis ou de fronces. «On exclut d’emblée les vêtements ajustés et moulants, ajoute le designer. Ça fait partie de la signature esthétique de Robert d’aller vers les volumes.»

Tendances
Selon le créateur de mode, impossible d’être complètement immunisé contre les tendances. «On finit toujours par être inspiré par ce qui se fait autour de nous, par ce qu’on voit», explique-t-il. Tout en prenant soin de préserver l’essence de sa marque, qu’il copilote avec sa partenaire Catherine Bellefleur, responsable des questions administratives, il n’hésite pas à intégrer des éléments résolument à la mode, par exemple les couleurs pastel ou les hauts qui découvrent les épaules, deux tendances phares pour l’été 2016 bien présente dans la collection actuellement vendue dans la boutique en ligne (robertatelier.ca).

Exclusivité
Alors qu’il ne produit encore que de petites quantités, Robert Atelier assure à celles qui les achètent des vêtements quasi exclusifs – et fabriqués à Montréal – pour un prix plus que raisonnable. Inspirée des pliages façon origami, la collection été 2016 propose d’ailleurs une fourchette de prix allant de 60 $ à 150 $. La collection automne-hiver 2017, qui sera présentée le 19 août au Festival mode et design, devrait être tout aussi abordable. Robert Atelier signe aussi une première collection éphémère exclusive pour la nouvelle plateforme web QÉiKO, qui met en vitrine des créations d’ici, d’ailleurs choisies pour leur esthétisme et leur qualité. «Une vision qui concorde avec la nôtre», souligne Charles Bertrand.