Tendances

Allcovered à découvert

Allcovered à découvert
Photo by: Mauve & Aurora

Pendant que d’autres prônent le slow fashion sans se questionner
sur les traditionnelles collections saisonnières (printemps-été et automne-hiver), la jeune créatrice de mode Noémi Harvey, elle, tente de faire contrepoids au fast fashion en proposant des arrivages mensuels. Regard sur Allcovered, 
la griffe qu’elle a fondée à Québec il y a tout juste un an.

Intemporel
Pour Noémi Harvey, prôner l’intemporalité des créations tout en catégorisant les vêtements par saison est tout simplement «contradictoire». «Dès mes débuts, j’ai eu en tête de créer des vêtements simples, féminins et intemporels, détaille-t-elle. C’est ce que j’aime dans la mode. C’est pourquoi j’ai décidé d’offrir une gamme de produits au fil des mois. Je ne veux pas que les gens aient l’impression que, six mois plus tard, un vêtement n’est plus à la mode. Je pense qu’on peut très bien adapter des pièces d’été en hiver, et vice-versa, et c’est de cette manière que je mise sur l’intemporalité.»

Nouveautés
Lancer de nouvelles créations chaque mois alimente l’intérêt de la clientèle, croit la jeune designer, qui estime «ne pas avoir le choix de tenir la clientèle en haleine». «J’ai beaucoup travaillé dans les magasins avant de lancer ma marque et j’ai pu constater à quel point les gens aiment la nouveauté, raconte-t-elle. Après tout, on est quand même en compétition avec des détaillants comme Zara, qui sortent des vêtements toutes les semaines.» Et il semble que ça fonctionne : 
depuis quelques semaines, elle remarque une 
augmentation des commandes, au point où elle a 
dû se mettre à la recherche de sous-traitants.

Sur mesure
Chaque vêtement créé par Noémi Harvey peut être commandé en prêt-à-porter (en petit, en moyen ou en grand, par exemple) ou sur mesure, et ce, sans frais supplémentaires. «Je fais plus de ventes de pièces sur mesure», analyse la designer. Ce n’est certainement pas pour rien : les chartes de taille sont encore loin de correspondre à la réalité de la silhouette moyenne nord-américaine. «Quand tu achètes une robe à 140 $, tu veux que ça tombe parfaitement», souligne-t-elle encore. Pour acheter un vêtement sur mesure, il suffit de prendre ses mensurations et de les donner dans la commande. Noémi Harvey se déplace aussi au besoin dans la région de la Vieille Capitale, où est situé son atelier.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *