Tendances

Des jeans dans le Mile End

Des jeans dans le Mile End
Photo: Chantal Lévesque/Métro

L’ancienne poissonnerie du 228, rue Fairmount Ouest revit. Un jeune entrepreneur du quartier, un vrai passionné de mode qui a passé son enfance à observer ses parents coudre jupes et pantalons dans leur petit atelier, inaugure sa boutique vendredi. Bienvenue chez Loukas Jeans! Présentations en trois mots-clés.

Montréal
«Je n’ai rien contre la Chine», avance Loukas Toliopoulos. Il tenait néanmoins à garder toute sa production localement. Si le denim, les boutons et les fermetures éclair qu’il utilise sont fabriqués aux États-Unis, la confection, elle, a lieu à deux pas de sa boutique, dans l’atelier familial du Mile End. Une manière de se démarquer, mais également de soutenir les travailleurs de l’industrie.

«Quand les quotas sur la Chine ont été ouverts, mes parents [qui œuvraient dans l’industrie du vêtement depuis des années] ont perdu presque la totalité de leurs contrats sans préavis, déplore-t-il. Même si la main-d’œuvre est rare, elle est importante.» Produire localement lui permet en plus d’avoir un meilleur contrôle sur la qualité. «On peut répondre à la demande plus rapidement et je peux faire des contrôle de qualité à chaque étape du processus.»

Autodidacte
À 10 ans, le jeune Loukas cousait sa première paire de pantalons pour aider ses parents débordés. C’est pourtant le génie mécanique qu’il a choisi d’étudier à l’université. Un choix pas si surprenant en fin de compte : «J’ai toujours voulu travailler dans la mode et j’ai suivi certains cours spécifiques au domaine manufacturier automobile et aéronautique qui me servent bien aujourd’hui, explique-t-il. Ce que j’ai appris, je peux en fait l’appliquer à n’importe quel processus manufacturier.» Ses connaissances lui permettront notamment d’automatiser certaines machines et ainsi d’augmenter la productivité tout en contournant le problème récurrent de pénurie de main-d’œuvre manufacturière à Montréal.

Loukas Toliopoulos Loukas Jeans
Fabriqués dans le Mile End, les modèles de base seront vendus à partir de 135 $./Chantal Lévesque/Métro

Pour sa première collection de denim, il s’est fié à son flair et aux conseils d’une patronniste. «J’ai choisi les tissus et imaginé les designs moi-même», souligne-t-il.

Défis
S’approvisionner en matières premières produites en Amérique du Nord, fabriquer dans le Mile End, où la main-d’œuvre se fait de plus en plus rare, trouver un local dans un quadrilatère bien précis… On peut dire que Loukas Toliopoulos n’a pas peur des défis. Au moment de notre entrevue, à une semaine de l’ouverture officielle, prévue vendredi, il a avoué «être plutôt stressé».

Qui plus est, le jeune trentenaire lance sa marque alors qu’il vient tout juste de célébrer la naissance d’un deuxième enfant. Heureusement, puisqu’il habite toujours le quartier, la conciliation travail-famille en sera d’autant facilitée!

Loukas Jeans
Ouverture officielle vendredi: 228, rue Fairmount Ouest

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *