Vacances

Julie Corbeil, une foodie à Mexico

Julie Corbeil, une foodie à Mexico
Photo: Getty Images/iStockphotoMexico City

Si on vous dit «cuisine mexicaine», vous pensez probablement à des fajitas, des tacos à coquille rigide, des nachos et plusieurs autres plats de restauration rapide. Vous faites erreur.

Ces plats font plutôt partie de la cuisine tex-mex, plus américaine que mexicaine. Julie Corbeil, journaliste, réalisatrice et auteure de guides de voyage, tente de démêler tout ça dans son nouveau livre, Mexico, vibrante et gourmande.

Ce bouquin paru l’automne dernier dresse un portrait gourmand de la capitale mexicaine, en plus de fournir quelques recettes toutes plus alléchantes les unes que les autres. Est-ce que Julie Corbeil le considère comme un livre de voyage à proprement parler? «J’espère que les gens vont le considérer comme un livre de voyage, oui. Je voulais aussi qu’il y ait l’histoire de Mexico en résumé, pour casser les clichés dramatiques qu’on a en tête. Ça va leur donner une idée de ce qui les attend là-bas.» Mais surtout, une idée de quoi manger.

«Les gens ne profitent pas encore assez de ce qu’a à offrir le Mexique.» – Julie Corbeil

La bouffe, c’est ce qui pousse Julie Corbeil à voyager. «C’est la ligne directrice de tous mes voyages, que ce soit en Inde, au Maroc ou en Europe», avoue-t-elle. Et Mexico n’a pas fait exception.

Est-ce que les voyageurs québécois qui se rendent au Mexique profitent assez de la gastronomie locale, selon elle? «Je pense que le fait que les gens voyagent dans les tout-inclus au Mexique, ils ont peut-être une image un peu en silo de la cuisine mexicaine. Ils ne réussissent peut-être pas à s’aventurer à l’extérieur de ça. Mais je pense que de plus en plus, il y a un travail qui est fait pour sortir les gens des tout-inclus.»

Avis à ceux qui auraient justement envie de sortir des tout-inclus, Julie Corbeil propose dans son livre plusieurs idées d’activités, de visites et de sorties. Une section du bouquin est d’ailleurs consacrée aux marchés, ces petits rassemblements de producteurs locaux où on peut trouver denrées et artisanat local. «Dans mon livre, je parle du marché Coyoacan et je pense qu’il faut absoluement aller y manger des tostadas. Il ne faut pas se laisser intimider par le côté rudimentaire des kiosques. La bouffe est vraiment excellente!»

Quoi dire aux Québécois qui n’ont toujours pas eu l’occasion de visiter Mexico? «Ce que je dis souvent, c’est que Mexico, c’est la démesure, c’est plus grand que nature, mais c’est aussi un paradis gastronomique et culturel, et ça, les gens ne s’y attendent peut-être pas.»