Les choix de la rédac
12:22 29 juin 2020 | mise à jour le: 29 juin 2020 à 16:08 temps de lecture: 4 minutes

Le coronavirus a encore «beaucoup d’espace pour bouger», rappelle l’OMS

Alors que le monde a atteint dimanche les 10 millions de cas de coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réitéré lundi ses vives inquiétudes à l’égard du déconfinement dans plusieurs pays, implorant les citoyens de ne pas négliger les mesures sanitaires comme la distanciation sociale et le port du masque pour freiner la transmission «qui s’accélère».

«Même si plusieurs États ont fait des progrès […], nous n’avons pas du tout stoppé la pandémie. Le virus a encore beaucoup d’espace pour bouger», a rappelé le directeur exécutif de l’organisme, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse tenue en ligne lundi.

Le danger du déconfinement

Il avance que plusieurs pays ont vu resurgir des éclosions en rouvrant leur économie, ce qui appelle à redoubler de prudence, malgré l’arrivée de la saison chaude. «Nous voulons tous que ce soit terminé, nous voulons tous continuer notre vie. Mais la dure réalité, c’est que ce virus n’est même pas près d’être derrière nous», a martelé l’ancien ministre de la Santé de l’Éthiopie.

Nous sommes tous dans le même bateau, et nous sommes tous là pour le long terme. C’est le temps d’augmenter nos niveaux de résilience, de patience, d’humilité et de générosité.» -Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus

À la mi-juin, alors que plusieurs pays européens rouvraient leurs frontières, l’OMS avait enregistré un nouveau record quotidien de nouveaux cas de coronavirus. «Depuis deux mois, on a recensé pas moins de six millions de cas. On voit très bien que le virus accélère, et qu’il bouge très rapidement», avait alors prévenu M. Ghebreyesus.

10 154 984. C’est le nombre de cas confirmés de coronavirus au moment d’écrire ces lignes. On compte 502 048 décès, mais également plus de 5,1 millions de guérisons. «Nous avons déjà perdu beaucoup, mais on ne peut pas perdre espoir», a illustré le DG de l’OMS, lundi, lorsqu’interpellé sur l’atteinte de ce nouveau cap.

L’OMS souligne six mois de COVID-19

Demain, cela fera exactement six mois que le premier cas officiel de coronavirus aura été rapporté en Chine. Au-delà de sa symbolique, cet anniversaire est un moment, selon l’OMS, «pour se rappeler des leçons que nous avons apprises», et de se «réengager à faire tout ce qui est possible pour sauver des vies». Porter une attention particulière aux aînés et aux plus vulnérables, assurer un approvisionnement et une formation dans le réseau de la santé, partager de l’information de source fiable ou encore offrir de l’aide; l’organisation a dressé lundi une «liste de priorités» que tous les pays devront suivre jusqu’à nouvel ordre.

On y inclut notamment l’accélération de la recherche, alors qu’un vaccin est urgent, car il demeure «la principale solution à long terme pour contrôler la pandémie». «Il y a encore beaucoup de choses qu’on ne connaît pas sur ce virus, et beaucoup d’outils dont on a besoin», a reconnu M. Ghebreyesus.

Une seconde réunion du comité exécutif de l’OMS aura lieu cette semaine pour «réévaluer les priorités de recherche pour la prochaine étape» de la crise sanitaire. «L’unité nationale et la solidarité mondiale sont essentielles pour implanter une stratégie globale et minimiser les impacts socioéconomiques», a ajouté le leader de l’organisme, d’un ton ferme.

Le combat continue au Canada

«Le virus n’a pas disparu. Il pourrait y avoir une résurgence à tout moment.» C’est le message qu’a aussi lancé lundi l’administratrice en chef de la santé publique canadienne, Theresa Tam. Selon les experts, quelques semaines à peine de relâchement pourraient engendrer une deuxième vague prématurée.

D’ailleurs, les tests de dépistage continuent agressivement avec près de 2 640 315 personnes qui en ont bénéficié jusqu’ici. En moyenne, 38 000 personnes sont dépistées chaque jour. De ce nombre, environ 1% s’avèrent des résultats positifs.

Le pays compte aujourd’hui 103 250 cas de personnes infectées par la COVID-19. On dénombre depuis le début de cette pandémie près de 8522 décès. Néanmoins, 64% des personnes infectées sont aujourd’hui déclarées guéries.

Articles similaires