Environnement
14:00 6 juillet 2021 | mise à jour le: 6 juillet 2021 à 11:59 Temps de lecture: 6 minutes

Les animaux ont aussi souffert du confinement

Les animaux ont aussi souffert du confinement
Photo: Christopher Furlong/Getty ImagesLe premier impact du confinement sur la nature a été le retour des animaux dans les lieux urbanisés sans impact négatif sur l'homme. À long terme, cependant, le manque d'humains a eu des conséquences négatives.

Les mesures de prévention pour empêcher la propagation de la COVID-19 ont permis le retour des animaux en milieu urbain. Mais la nature a-t-elle vraiment profité des confinements ?

Malgré les images virales montrant des poissons retournant dans les canaux de Venise ou des animaux sauvages s’attaquant aux centres urbains vides, les confinements mis en place dans le monde entier ont eu un impact ambigu sur l’environnement, selon une étude récente qui démontre que les humains sont à la fois des intendants et une menace pour la nature.

«Les confinements mondiaux visant à atténuer les risques pour la santé liés à la pandémie de COVID-19 ont modifié les interactions humaines avec la nature, indiquent les auteurs de l’étude, qui sont dirigés par Amanda E. Bates, une chercheure au Département des sciences océaniques, de l’Université Memorial, à Terre-Neuve. Nous notons des impacts immédiats des changements des activités humaines sur la faune et les menaces environnementales au cours des premiers mois du confinement de 2020, pour lesquels nous avons analysé 877 rapports qualitatifs et 332 évaluations quantitatives de 89 études différentes.»

Des photos, des vidéos et des centaines de personnes qui ont signalé avoir observé des animaux dans des endroits inhabituels dans le monde suggèrent qu’ils ont réagi rapidement à la réduction de la présence humaine.

«Cependant, des effets négatifs du confinement sur la conservation sont également apparus, rendant certains responsables de parc incapables d’effectuer des tâches de conservation, de restauration et d’application de la loi, entraînant une augmentation locale des activités illégales telles que la chasse», ajoutent-ils.

Dans l’ensemble, la pandémie a causé une mixture complexe d’effets positifs et négatifs sur la nature.

Moins de nourriture pour les animaux

«Bien que l’effet net du confinement devra être évalué au fil des ans à mesure que les données deviennent disponibles et que des effets persistants apparaissent, des réponses immédiates ont été observées dans le monde entier.»

Une autre conclusion clé de l’étude est que les humains et leurs activités ont un impact mesurable sur la disponibilité de nourriture pour les animaux dans les habitats terrestres et marins, y compris les grands prédateurs et les charognards. Par exemple, à Singapour, les pigeons sauvages ont modifié leur régime alimentaire pour aller davantage vers des sources de nourriture plus naturelles et leur nombre a diminué. Sur un campus universitaire en Afrique du Sud, les étourneaux à épaulette ont perdu de la masse corporelle, probablement parce que leurs zones d’alimentation typiques étaient dépourvues de débris, et les corbeaux charognards se sont également répandus sur les plages côtières d’Australie lorsque la nourriture humaine a cessé d’être disponible.

Hausse de la chasse

La chasse a également augmenté dans de nombreux pays, y compris dans les parcs, pour compléter les revenus. L’un des exemples est l’augmentation de la chasse au pangolin, qui est probablement due à une combinaison d’une protection réduite par les services forestiers, d’une augmentation des ventes de permis de chasse et du braconnage. 

C’est surprenant, compte tenu du rôle possible des pangolins en tant qu’hôtes intermédiaires du nouveau coronavirus, et appelle à arrêter la consommation d’animaux sauvages pour éviter de futures zoonoses, soient les infections qui se transmettent de l’animal à l’humain. De plus, des systèmes socio-écologiques résilients sont essentiels pour soutenir la conservation de la nature.

«Nos conclusions sur les impacts positifs et négatifs de l’enceinte humain ne soutiennent pas l’opinion selon laquelle la biodiversité et l’environnement bénéficieront principalement de la réduction de l’activité humaine pendant l’enclos, une perspective adoptée par certains premiers rapports publiés dans les médias. Au lieu de cela, les impacts négatifs des confinements sur la biodiversité découlent de la perturbation du travail humain délibéré pour conserver la nature par le biais de la recherche, de la restauration, des interventions de conservation et de l’application de la loi», résument les auteurs de l’étude.

Métro s’est entretenu avec Amanda E. Bates pour en apprendre davantage.

Trois question à…

«Je soupçonne que nous verrons certains impacts importants sur la nature alors que nous sortons de la pandémie. J’espère qu’on aura des dirigeants et des gouvernements visionnaires qui essaieront d’éviter de donner la priorité aux gains économiques à court terme qui peuvent compromettre les écosystèmes, parfois pour toujours. La pandémie et le confinement ont été des tragédies humaines, et nous devons peut-être utiliser ces événements comme pivots de la transformation sociétale pour valoriser l’écosystème et la santé économique à plus long terme.»

Amanda E. Bates, chercheure au Département des sciences océaniques de l’Université Memorial, à Terre-Neuve, au Canada

Amanda E. Bates, chercheure au Département de sciences océaniques, de l’Université Memorial, à Terre-Neuve

Quelles espèces ont pu bénéficier ou ont été affectées par la pandémie ?

Le confinement a entraîné une réduction des déplacements aériens, terrestres et maritimes et les premiers effets immédiats ont été positifs, tels que des réductions de la mortalité routière dans le monde. Mais il y a aussi eu des impacts très forts sur les espèces dont la protection dépend des humains. Les exemples incluent des millions de poussins d’oiseaux de mer qui ont été perdus cette année parce que les équipes humaines n’ont pas pu se rendre dans des îles subantarctiques éloignées et éliminer les rongeurs envahissants qui vivent sur les îles et mangent les œufs.

Comment votre recherche pourrait-elle être utilisée ?

La diversité des façons dont les activités humaines influencent la faune et les systèmes naturels est extraordinaire. Mais cela signifie également que les humains peuvent jouer un rôle clé dans la protection et la restauration des systèmes naturels et des modes de vie, tels que la pêche, que ces systèmes soutiennent.

Et pour la suite ?

J’ai reçu une bourse Pew Marine pour travailler avec la communauté mondiale de scientifiques, de gestionnaires et d’experts en histoire naturelle afin de comprendre les impacts de cet événement sur les générations futures d’animaux sauvages.

Articles similaires