Vivre ensemble

Un immigrant, c’est quelqu’un qui ferme sa gueule et qui dit merci

CHRONIQUE – La citation est de Pierre Foglia, icône du paysage médiatique d’histoire récente. 

Dans un texte sur la Charte des valeurs, il écrivait: «Je résume. Pour moi, encore aujourd’hui, la laïcité, c’est Dieu le jeudi et le dimanche. Et un immigrant, c’est quelqu’un qui ferme sa gueule et qui dit merci. C’est un peu pour ça que je suis en train de capoter avec le débat sur la Charte. On a beau dire que le problème, c’est pas les musulmans… Un peu, quand même. Ce serait moins compliqué avec des Polonais et des Italiens. Le problème avec les musulmans, c’est qu’ils sont beaucoup plus musulmans que les chrétiens ne sont chrétiens. On a un Jean Tremblay à Saguenay. Ils ont 243 millions de Mohamed Tremblay un peu partout. »

Pourquoi revenir sur cette chronique de 2014 comme ça, en plein juillet? Pas de raison particulière, sinon le flash suivant, récemment: faque finalement, les copains, elle se concrétise, votre menace? 

Parce que selon vos discours apocalyptiques, circa la «crise des accommodements raisonnables», il n’était que question de temps avant que le Québec, appuyé par des «idiots utiles», «antiracistes radicaux» et autres «islamo-gauchistes», en vienne à succomber à l’infiltration, sévices culturels et autres «incompatibilités avec l’Occident» d’une immigration dite «massive» en provenance du Maghreb. 

Le polémiste Frédéric Lacroix, récemment décoré à l’Assemblée nationale par François Legault, alla même jusqu’à tweeter, en référence à un article du Devoir titré «Une communauté libanaise en plein essor à Laval», ceci: «De plus en plus près du grand remplacement.» 

Or, je repose la question: il s’est passé quoi, côté musulmans, depuis le texte de Foglia?

Je ne vois qu’un seul truc: l’assassinat, froid et calculé, de six d’entre eux par Alexandre Bissonnette.  

Autre chose? Pourtant, on était bien en crise, non? Faut dire que le Québec a la crisette facile. 

Y en a même eu une sur les algues bleues, c’est dire. 

Drôle aussi de souligner qu’on a dû créer une commission formelle, avec deux de nos plus grands intellos, afin d’enquêter sur un enjeu présumé d’accommodements dits…raisonnables. 

Québécois à l’étranger, en discussion sur une quelconque terrasse du monde: 

– On est en CRISE, chez moi!

Interlocuteur étranger:

– Ah oui? Laquelle?

– Celle des accommodements RAISONNABLES, vous imaginez??

– Euh… pas tant, non. 

***

Le rapport Bouchard-Taylor allait donner raison à l’interlocuteur: la «crise» des accommodements raisonnables – excusez, j’ai le fou rire – n’a jamais existé ailleurs que dans les médias québécois, dont un en particulier. 

Certains ont, encore aujourd’hui, l’outrecuidance de référer au «consensus de Bouchard-Taylor». 

Euh… et quel consensus, au fait? 

Tant le Parti libéral que le Parti québécois l’ont honni à grandes bouches, la cheffe Marois l’ayant même qualifié de rapport à la «Elvis Gratton». 

Charles Taylor, gêné d’avoir succombé aux chants des sirènes populaires en proposant l’interdiction de signes religieux pour les flics, juges et gardiens de prison, a depuis renié – avec humilité, courage et probité – cette recommandation. 

Gérard Bouchard, furieux de l’instrumentalisation de son boulot par la loi 21 et l’extension de celle-ci aux profs, la condamne maintenant. 

Un peu comme la crise, donc, vous avez le consensus facile. 

Retour, sinon, à la question initiale: ils nous ont fait quoi, les musulmans, avant, pendant et depuis? Qui, depuis l’obsession woke chez quelques chroniqueurs, entend encore parler de la «crise» des accommodements les mettant apparemment en vedette? Elle est pour quand, déjà, l’islamisation du Québec?

Piste de réponse: pour jamais, comme en témoigne la moyenne de 5-6 plaintes annuelles à la Commission québécoise des droits de la personne, toutes confessions – catholicisme inclus – confondues. 

Parce que la communauté musulmane québécoise aime, par définition, le Québec. Sa langue, naturellement, mais aussi ses référents. Ses institutions. Ses valeurs. Son amitié, aussi. Elle dit merci – tout en se fermant la gueule – malgré les charges iniques de la loi 21. 

Des doutes? Je vous invite dans mes classes multiculturelles, là où sont «grand remplacés» les racistes, imbéciles et autres fomenteurs de haine.

Le voile? Revenez-en, taboire. Parce que penser que ce dernier a la même signification ici que dans quelques théocraties est assez épais merci. Et pour les cyniques, allez lire les travaux du sociologue Paul Eid sur l’intégration des musulmanes québécoises. Dans l’intervalle, mettez vos babines aux neutres. On vous a assez entendus. Suffit. 

Dans sa chronique citée ci-dessus, l’intouchable Foglia ajoutait: «Juste pour ce que je viens d’écrire, je vais me faire traiter de raciste.» 

À bien juste titre, eût été le cas…

Articles récents du même sujet