Sports

Le nouveau cas de dopage pourrait nuire à la Russie

FILE - In this Feb. 7, 2018 file photo, Russian curler Alexander Krushelnitsky practices ahead of the 2018 Winter Olympics in Gangneung, South Korea. Russian curlers say a coach on their team told them that mixed doubles bronze medalist Krushelnitsky tested positive for a banned substance at the Pyeongchang Olympics. (AP Photo/Aaron Favila, File) Photo: AP
James Ellingworth et Stephen Wade - The Associated Press

PYEONGCHANG, Corée, République de — La Russie pourrait perdre ses chances d’être réintégrée avant la fin des Jeux olympiques d’hiver à la suite du contrôle positif du médaillé de bronze en curling Alexander Krushelnitsky.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé, lundi, dans un communiqué qu’il avait «entamé une procédure impliquant» Krushelnitsky, qui a terminé troisième en double mixte avec son épouse, Anastasia Bryzgalova.

Le porte-parole du CIO, Mark Adams, a déclaré qu’un contrôle de dopage positif pourrait empêcher l’équipe russe bannie de défiler sous le drapeau national lors de la cérémonie de clôture.

Les athlètes russes participent à ces Jeux olympiques sous la dénomination d’«athlètes olympiques de Russie». Le CIO a suspendu le comité olympique russe l’année dernière dans la foulée du vaste programme de dopage institutionnalisé aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014, mais a permis à 168 athlètes de concourir sous des uniformes neutres et sans le drapeau national russe.

Adams a confirmé le contrôle positif et a dit qu’il pourrait avoir des «conséquences» dans l’évaluation du comportement de l’équipe russe, qui était tenue de respecter des restrictions — y compris l’exclusion de certains espoirs de médaille — et de se soumettre à des contrôles antidopage supplémentaires.

Articles récents du même sujet