Sports

L’élimination du Lightning en quatre matchs ne laisse personne indifférent

L’élimination du Lightning en quatre matchs ne laisse personne indifférent
Photo: Jay Laprete/AP

TORONTO — Bruce Cassidy ne l’a pas vu venir.

Et franchement, plusieurs autres non plus.

Au lendemain de l’élimination en quatre matchs d’affilée du Lightning de Tampa Bay — les champions du trophée des Présidents, qui ont égalé le record de victoires de la LNH en une saison — aux mains des Blue Jackets de Columbus, les membres des Bruins de Boston et des Maple Leafs de Toronto ont réagi à ce dénouement qui a sidéré le monde du hockey.

«En séries éliminatoires de la Coupe Stanley, rien ne doit vous surprendre, a prévenu Cassidy, l’entraîneur-chef des Bruins. Une fois que vous y êtes, chaque équipe a une chance.

«Je n’aurais pas parié que le Lightning ne gagne pas un seul match en séries éliminatoires.»

Le vainqueur de la série quart de finale de l’Association Est entre les Leafs et les Bruins, que les Torontois menaient 2-1 avant le quatrième match mercredi soir au Scotiabank Arena, sera opposé aux Blue Jackets au deuxième tour.

«C’est étonnant, mais il s’agit du hockey des séries éliminatoires, a commenté l’ailier Zach Hyman des Leafs. Je ne pense pas que les Blue Jackets soient vraiment une huitième tête de série. Ils ont acquis de très bons joueurs à la date limite (des transferts). Ils misent sur d’excellents joueurs.

«Mais le Lightning a établi de nombreux records, c’est donc assez surprenant.»

Ces records incluent celui d’avoir égalé la marque de 62 victoires et d’avoir récolté 128 points, le quatrième meilleur total de l’histoire de la ligue.

Le Lightning n’avait pas disputé un match ayant vraiment une incidence depuis des mois et avait été la première équipe à se qualifier pour les éliminatoires.

«Le jeu est différent (en séries éliminatoires), a expliqué le défenseur torontois Travis Dermott. C’est assez étrange de penser qu’une aussi bonne équipe en saison régulière subisse l’élimination en quatre matchs comme ça.»

Le centre Auston Matthews des Leafs a avancé que le hockey disputé au printemps ne se résumait pas seulement au talent.

«Ce n’est pas ce à quoi les gens s’attendaient avec la saison qu’ils ont connue, a-t-il confié. Peu importe votre position finale en saison régulière.

«Tout dépend du désir de vaincre.»

Mais l’entraîneur-chef des Leafs, Mike Babcock, a souligné que la parité entre les équipes de la ligue est telle que rien ne devrait vraiment être une surprise en séries.

Et il sait de quoi il parle.

Malgré leurs 124 points et la conquête du trophée des Présidents pour avoir compilé le meilleur palmarès de la saison régulière en 2005-06, les Red Wings de Detroit de Babcock ont perdu au premier tour face aux Oilers d’Edmonton. Babcock a également balayé les Red Wings lors des séries de 2003 lorsqu’il était à Anaheim, bien que les Ducks avaient terminé 15 points derrière Detroit au classement.

«Entre nous, la différence n’est pas grande, a avancé Babcock. C’est le hockey. Souvent au cours de l’année, vous pensez que cette équipe va gagner à cause de sa fiche.

«Mais ce n’est pas aussi simple que ça.»

Cassidy, dont le club s’est incliné face au Lightning en deuxième ronde des séries éliminatoires le printemps dernier, a indiqué que les Blue Jackets ont trouvé une façon de percer la défensive du Lightning, privé de Victor Hedman blessé pendant deux des quatre matchs.

«Ils ont utilisé leur physique contre eux, a-t-il noté. Ils ont trouvé la formule.»

Les Islanders de New York ont également complété leur balayage des Penguins de Pittsburgh, mardi, une performance quelque peu reléguée dans l’ombre par l’élimination du Lightning.

Les Islanders étaient certes mieux classés, mais les voir envoyer en vacances les Sidney Crosby, Evgeni Malkin et compagnie en quatre matchs se veut une autre surprise.

«C’est un début un peu fou des éliminatoires avec l’élimination de ces deux équipes, a dit Hyman. La porte est ouverte.»

Joshua Clipperton, La Presse canadienne