Sports

Les Leafs pourraient accéder au deuxième tour pour une première fois en 15 ans

TORONTO — Jake Muzzin sait ce que c’est de gagner lors des séries éliminatoires dans la Ligue nationale de hockey. Le défenseur des Maple Leafs de Toronto a gagné la coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles et il est l’un des quatre joueurs dans l’équipe ayant joué au-delà de la première ronde.

Le message de Muzzin à ses coéquipiers, à l’aube du sixième match de cette série contre les Bruins de Boston, était simple: ne soyez pas hésitants.

«Tu ne t’assois pas sur tes lauriers, ça c’est sûr. Tu fonces, a-t-il affirmé samedi, après un entraînement optionnel au Scotiabank Arena. Tu fonces et c’est la victoire la plus difficile à aller chercher parce que nos adversaires n’auront rien à perdre. Nous devons être affamés et avoir la même attitude qu’eux. Nous devons jouer notre style et utiliser notre avantage de la patinoire.»

Les Maple Leafs ont eu raison des Bruins 2-1, vendredi soir, pour se donner une avance de 3-2 dans la série. La formation torontoise n’est qu’à une victoire d’accéder au deuxième tour éliminatoire pour une première fois depuis 2004.

Muzzin, Ron Hainsey, Patrick Marleau et John Tavares sont les seuls joueurs des Maple Leafs à avoir de l’expérience au-delà de la première ronde. Les Maple Leafs et les Panthers de la Floride sont d’ailleurs les seules équipes depuis le début de l’instauration du cap salarial à ne jamais avoir gagné une ronde en séries.

En 2016, Tavares a aidé les Islanders de New York à montrer la porte de sortie aux Panthers, au premier tour. Les Islanders avaient eu besoin d’une double prolongation lors des cinquième et sixième matchs.

«La ligne est tellement mince, mais c’est ce qui fait en sorte que tu gardes ta concentration sur la prochaine présence ou la prochaine occasion de marquer, a déclaré Tavares. Tu n’abandonnes pas tant que ce n’est pas fini. C’est une belle expérience à soutirer pour aller sur la patinoire et te préparer du mieux que tu puisses le faire.»

Pour l’entraîneur-chef des Maple Leafs, Mike Babcock, éliminer les Bruins pourrait être une étape franchie de plus dans le processus de maturité de ce groupe de joueurs.

«C’est toujours la plus difficile à gagner, a insisté Babcock. Aucune n’a vraiment pu établir son élan depuis le début de la série. Il n’y a pas eu de momentum. C’est important de comprendre que nous devons nous préparer pour cette situation et ensuite jouer. C’est bien de se nourrir de la foule et de l’ambiance, mais nous devons faire notre travail et protéger la rondelle.»

Le sixième duel aura lieu dimanche après-midi. Il s’agira du match le plus tôt des Maple Leafs depuis le 2 janvier, lorsqu’ils s’étaient inclinés 4-3 contre le Wild du Minnesota. Les Bruins ont joué 12 parties en après-midi cette saison.

L’attaquant des Maple Leafs Auston Matthews a assuré que l’heure du début de l’affrontement ne changeait rien dans la préparation d’avant-match.

«Il n’y a tout simplement pas de sieste. C’est tout», a-t-il exprimé.

Dhiren Mahiban, La Presse canadienne