Sports

Coyle nivèle la marque, dénoue l’impasse en surtemps et les Bruins l’emportent 3-2

Coyle nivèle la marque, dénoue l’impasse en surtemps et les Bruins l’emportent 3-2
Photo: Charles Krupa/APCharlie Coyle célèbre son but avec ses coéquipiers de Boston le 25 avril 2019.

BOSTON — Après le match, Charlie Coyle ne songeait pas à son premier but, qui a forcé la tenue d’une période de prolongation.

Ni même au deuxième, qui a propulsé les Bruins de Boston vers la victoire en surtemps.

Coyle songeait plutôt au moment où il a cafouillé avec la rondelle, permettant aux Blue Jackets de Columbus de se porter à la marque, même si grâce à lui les Bruins ont pris les devants 1-0 dans la série de deuxième tour grâce à un gain de 3-2, jeudi soir.

Lorsqu’il a été questionné sur ses deux buts en fin de match, Coyle a répondu: «J’ai créé un revirement coûteux en troisième période. Nous ne pouvons pas nous permettre ce genre de chose.

«Je suis simplement soulagé que nous ayons remporté le match, a-t-il ajouté, humblement. Je me fous un peu de qui a marqué.»

Coyle a joué les héros à 5:15 de la période de prolongation, lorsqu’il a redirigé le tir de Marcus Johansson, complétant le jeu habilement orchestré par Danton Heinen en entrée de territoire.

Quelques minutes plus tôt, alors qu’il restait moins de cinq minutes à écouler en troisième période, Coyle avait nivelé la marque pour forcer la tenue d’une période de prolongation. Il a déjoué Sergei Bobrovsky grâce à un tir du revers après avoir accepté la superbe passe de Johansson.

Les deux équipes croiseront de nouveau le fer samedi soir, à Boston, à l’occasion du deuxième duel de la série.

Noel Acciari a ouvert la marque du côté des Bruins en enfilant l’aiguille en désavantage numérique au premier engagement. Tuukka Rask a pour sa part réalisé 20 arrêts, tandis que Johansson a obtenu ses deux premiers points des séries.

«Je crois que nous savons comment répliquer. Nous n’avons pas été ébranlés, a souligné Rask. Nous sentions que nous pouvions revenir dans le match et c’est ce que nous avons fait.»

Brandon Dubinski et Pierre-Luc Dubois ont touché la cible à 13 secondes d’intervalle au début du troisième tiers pour permettre aux Blue Jackets de se forger un coussin d’un but avant que Coyle joue les trouble-fête.

Bobrovsky a repoussé 34 des 37 rondelles dirigées vers lui dans une cause perdante.

À peine remis de leur septième match face aux Maple Leafs de Toronto, les Bruins ont étourdi les Blue Jackets au premier tiers et Bobrovsky a dû se signaler à plusieurs reprises pour conserver le pointage intact.  

Acciari a toutefois profité d’une faille, alors que les Bruins avaient un homme en moins, pour battre le gardien des Blue Jackets d’un tir du poignet à la suite d’une montée à deux contre un.

«Nous ne pouvons pas simuler un match des séries, surtout un match de deuxième tour comme celui-ci, contre une bonne équipe comme celle-ci, a expliqué Dubinski. C’est certain que nous allions être un peu rouillés. Évidemment, nous devrons être meilleurs.»

Après une deuxième période sans but, les Blue Jackets ont repris les choses en main.

Dubinski a d’abord dévié un tir de la pointe de Seth Jones pour niveler les chances. Dubois n’a pas mis de temps pour donner une avance aux visiteurs, faisant dévier par inadvertance le tir d’Artemi Panarin pour mystifier Rask.

L’attaquant des Bruins David Krejci a été contraint de quitter la rencontre après avoir été frappé par Riley Nash, tard au troisième vingt. L’entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy, a toutefois précisé qu’il ne devait pas se soumettre au procotole des commotions cérébrales.

«Il a encaissé une solide mise en échec. Il a quitté la rencontre. Au moment où il aurait été prêt à revenir, le match était terminé», a soutenu Cassidy, concluant que son cas serait évalué quotidiennement.

La Presse canadienne