Sports

De retour à Montréal, l’Impact veut tourner la page et penser à samedi

De retour à Montréal, l’Impact veut tourner la page et penser à samedi
Photo: Albert Cesare/The Cincinnati Enquirer via APLe défenseur de l'Impact Rudy Camacho (4)

MONTRÉAL — La controversée défaite de l’Impact de Montréal à Cincinnati a continué à alimenter les conversations et les commentaires des joueurs et de l’entraîneur-chef Rémi Garde, mardi. Mais tous s’entendent pour dire qu’il faut maintenant penser au prochain match à domicile, samedi, face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Le premier à s’exprimer en ce sens a été le défenseur français Rudy Camacho lorsqu’il a été appelé à commenter les propos du commissaire Don Garber. De passage à Montréal lundi, Garber a reconnu qu’il y avait eu erreur des officiels lorsqu’un hors-jeu a été appelé à l’endroit de Daniel Lovitz sur une séquence menant à un but de Maximiliano Urruti qui aurait créé l’égalité 1-1 vers la fin de la première demie.

«C’est la moindre des choses, a répondu Camacho au sujet de l’admission du commissaire de la MLS. Ça ne change rien au résultat. C’est dommage, parce qu’il y avait but. Du moment où il y a l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), ça doit être vérifié et approuvé. On va arrêter de parler de ça. Nous allons nous concentrer sur le prochain match. Mais c’est clair que nous aurions voulu faire un bon résultat là-bas parce que nous sommes sur une bonne dynamique.

«Nous sommes encore déçus, a plus tard admis Camacho. Nous ne pouvons plus rien y faire, le match, c’est passé, nous n’avons pas ramené un bon résultat de là-bas. Nous allons nous concentrer sur les entraînements cette semaine et, comme je vous l’ai dit, passer à autre chose. Le plus rapidement possible.»

Lorsqu’il a fait ses aveux alors qu’il se trouvait aux côtés du président Kevin Gilmore, Garber n’a pas présenté ses excuses à l’Impact. Mais Rémi Garde n’en demandait pas tant et ne s’en est nullement offensé.

«Je n’ai pas à imposer des choses au commissaire de la MLS. Chacun doit rester dans son statut. J’ai réagi à la fin du match parce qu’il me semblait déjà en direct que je ne voyais pas comment il pouvait y avoir hors-jeu. Les arbitres peuvent faire des erreurs mais, sauf erreur de ma part, il me semble que l’assistance vidéo pour les arbitres est là, justement, pour qu’il n’y ait plus ce genre de problème.

«Nous pouvons continuer d’avoir des problèmes d’interprétation, par exemple est-ce qu’il y avait penalty sur une bousculade, un tacle. Mais sur un hors-jeu, c’est justement pour ça que le VAR été créé. Le gars qui est devant son écran, s’il pense qu’il y a encore un hors-jeu, c’est qu’il y a un problème. C’est ça qui m’a agacé. Mais encore une fois, je n’attends pas d’excuses de la MLS. J’ai dit ce que j’avais à dire et c’est tout.»

Piatti inquiète

Les joueurs de l’Impact se sont entraînés par une fin de matinée fraîche et pluvieuse sur l’un des terrains synthétiques du Centre Nutrilait. Et de nouveau, ils l’ont fait en l’absence d’Ignacio Piatti.

Le mystère persistent dans le cas de l’attaquant argentin, d’autant plus qu’il devait se soumettre à une échographie musculaire à un mollet plus tard, mardi.

«Je ne suis pas médecin. Je suis un peu comme vous, j’arrive ce matin, et les médecins font du mieux qu’ils peuvent. On est suspendu à une douleur musculaire qui, aujourd’hui, est un peu récalcitrante. Donc, on attend un examen échographie cet après-midi et j’espère que ça montrera des choses positives.»

Le mystère a pris une telle ampleur que des allusions circulent chez les amateurs selon lesquelles l’Impact ne dit pas tout au sujet de Piatti. Garde assure que l’équipe n’a rien à cacher.

«Au début, c’est (le match à) Orlando, c’est la torsion du genou lorsque le joueur marche sur la jambe de ‘Nacho’. Je ne suis pas médecin mais je peux quand même dire ce que j’ai entendu, et sans faire de faute, qu’il y avait un petit problème sur la tête du péroné.

«Lorsque cette douleur a enfin fini par passer il y a quelques jours, on revient à l’entraînement avec ‘Nacho’ et ça coïncide avec les terrains que l’on a débachés, des terrains qui sont sans herbe à ce moment-là, mais sur lesquels on décide quand même d’aller s’entraîner. Et sur l’une des premières séances de ‘Nacho’ avec le groupe, il ressent une douleur musculaire au mollet. Les douleurs musculaires au mollet sont toujours les plus difficiles à diagnostiquer, à traiter et sont les plus longues. Personnellement, je n’ai rien à cacher avec Nacho. Juste à dire que j’attends impatiemment qu’il revienne.»

Avec le match de samedi contre la Nouvelle-Angleterre, qui arrivera avec Bruce Arena au poste d’entraîneur-chef, l’Impact amorcera une séquence de cinq rencontres sur six au stade Saputo. La seule rencontre à l’extérieur de Montréal sera celle du 24 mai à Los Angeles, contre le LAFC.

Michel Lamarche, La Presse canadienne