Sports

Arslanbek Mahkmudov a raison de Jonathan Rice par arrêt de l’arbitre au 7e

Arslanbek Mahkmudov a raison de Jonathan Rice par arrêt de l’arbitre au 7e
Trainer Franvßois Duguay congratulates Quebec boxer Lexson Mathieu after is impressive knockout stoppage of Argentinian Hernan Perez after only 1 :44 of action, Friday May 17, 2019 at the Montreal Casino. THE CANADIAN PRESS/HO-Eye of the Tiger Management- Sebastien St-Jean *MANDATORY CREDIT *

MONTRÉAL — Jonathan Rice s’est amené au Casino de Montréal avec l’idée de ne pas se faire passer le K.-O. par Arslanbek Makhmudov. Un plan de match pleinement justifié, mais qui a donné lieu à un combat terne.

Du moins jusqu’à la fin du sixième round.

C’est à ce moment que Makhmudov (8-0, 8 K.-O.) a pu tromper la vigilance de Rice une première fois, l’envoyant au tapis d’un solide direct de la droite.

Rice (10-4-1, 6 K.-O.) a pu résister un certain temps, mais quand le même coup l’a fait vaciller de nouveau au début du septième et que le Russe a enchaîné avec une salve qu’il a eu bien du mal à parer, Michael Griffin s’est imposé, mettant fin au combat après 30 secondes d’action.

Makhmudov a ainsi mis la main sur le titre jusque-là vacant continental des Amériques des lourds du World Boxing Council (WBC).

«C’est un pas important en avant pour moi, a déclaré Makhmudov au sujet de cette ceinture. J’ai hâte de la rapporter chez moi, de la montrer à mon père et ma mère. Elle est pour eux celle-là.»

On peut comprendre Rice de ne pas avoir voulu échanger coup pour coup avec le redoutable Russe. L’Américain de 32 ans a livré un combat intelligent, se concentrant à danser autour de Makhmudov, qui a dépassé le deuxième round d’un combat pour la première fois de sa carrière.

Rice a lancé quelques jabs, mais bien peu de combinaisons. Sauf que pendant une bonne partie des premiers rounds, Makhmudov semblait ne pas avoir de solution au plan de match de son adversaire.

Le protégé de Marc Ramsay a toutefois commencé à couper le ring au quatrième, emprisonnant un peu plus souvent Rice le long de câbles. C’est à ce moment qu’il a placé son meilleur coup depuis le début du combat, une solide droite qui a fait réfléchir son opposant.

«On a remarqué qu’il s’esquivait toujours du même côté, alors on lui a demandé de faire un ‘offset’: de faire un pas de côté avant de lancer sa droite, de façon à ce qu’il entre dans le coup», a expliqué Ramsay.

«Je suis heureux qu’on m’ait offert un adversaire comme lui, a dit Makhmudov au sujet de Rice. Dans le ring, je veux détruire mon adversaire, mais à l’extérieur, j’ai beaucoup de respect pour lui. Il m’a forcé à modifier mon plan, à travailler. Ç’a été un bon combat pour moi ce soir.»

Germain victorieux

En demi-finale, Mathieu Germain a défendu avec succès son titre nord-américain des super-légers de l’International Boxing Federation (IBF) face à Jose Eduardo Lopez Rodriguez.

Germain (17-0-1, 8 K.-O.) a bien contrôlé l’action face à Lopez Rodriguez (29-7-2, 15 K.-O.) pour signer une victoire par décision unanime de 100-90 sur les cartes des trois juges.

Il s’agit d’une troisième défense de titre pour Germain. Le Montréalais âgé de 29 ans a fait preuve d’une défense opaque tout au long de ce duel, au cours duquel il a touché la cible en plusieurs occasions avec son jab.

Tenant le Mexicain à distance, Germain a pu par la suite lancer ses attaques en puissance. Lopez Rodriguez a par contre encaissé tout ce que Germain avait en banque pour lui.

Germain souhaite maintenant que cette victoire ouvrira les yeux des autorités de l’IBF et qu’elles l’inscriront au top-15 de l’association.

«Sérieusement, si on ne m’inscrit pas dans les classements, je n’en veux plus de leur ceinture, a-t-il martelé. Je ne demande pas une faveur: il y a des gars qui ont eu un chemin beaucoup plus facile que moi et qui sont classés. J’ai prouvé ma valeur. Je mérite d’être classé.»

Mathieu impressionne

Le boxeur de Québec Lexson Mathieu a de nouveau épaté la galerie.

Mathieu (3-0, 3 K.-O.) s’est rapidement défait de l’Argentin Hernan Perez (5-3, 3 K.-O.), dont le coin a demandé à l’arbitre Michael Griffin de stopper le combat après seulement 1:44 d’action.

Le super-moyen de 20 ans avait eu le temps d’envoyer son adversaire au sol d’un vif direct de la droite quelques secondes plus tôt. Griffin a longuement questionné Perez avant de l’autoriser à poursuivre. Toutefois, son coin l’a senti chancelant et a décidé de demander à Griffin de mettre fin aux hostilités.

Mathieu aura un mois de juin chargé, alors qu’Eye of the Tiger Management a déjà prévu de le faire boxer le 15, en marge du duel Kean-Carman II, à Shawinigan, ainsi que le 29 juin, à Thetford Mines.

Dans les autres combats, les mi-mouches Kim Clavel (8-0, 2 K.-O.) et Tamara Elisabet Demarco (8-2) ont offert un combat endiablé. Aux termes des huit rondes, Clavel a pu conserver sa fiche immaculée grâce à un victoire par décision unanime de 79-73 (deux fois) et 80-72. Le combat semblait plus serré que les pointages des juges.

Tout juste avant que les deux combats principaux ne se mettent en branle, Batyr Jukembayev (16-0, 13 K.-O.) s’est facilement défait de Luis Jesus Vidales (13-7, 6 K.-O.), lui passant le K.-O. à la toute fin du premier round. Difficile de voir de quelle façon cet affrontement a fait progresser le Kazakh.

Le mi-lourd Arutyun Avetisyan (13-0, 8 K.-O.) a terrassé Cesar Hernan Reynoso (15-13-4, 7 K.-O.) d’un sournois crochet de gauche au foie à 2:37 du sixième assaut.

Le poids moyen Clovis Drolet (10-0, 6 K.-O.) a quant à lui passé le K.-O. au vétéran Mexicain Michi Munoz (27-10-1, 18 K.-O.) au sixième round.

Raphaël Courchesne (6-0, 3 K.-O.) a stoppé Nestor Faccio (17-10-2, 9 K.-O.). Faccio en avait plein les bras et Martin Forest s’est interposé à 36 secondes du deuxième round, malgré les protestations de l’Uruguayen.

Finalement, malgré une visite au tapis au deuxième round, le nouveau protégé d’EOTTM Andrei Efremenko (1-0) a remporté son premier combat chez les professionnels par une décision unanime de 39-37 (deux fois) et 39-36 face au Mexicain Victor Herrera (5-2-2, 3 K.-O.).

Frédéric Daigle, La Presse canadienne