Sports

Sans Samuel Piette, suspendu, l’Impact de Montréal fera face à un test difficile

Sans Samuel Piette, suspendu, l’Impact de Montréal fera face à un test difficile
Photo: Darryl Dyck/THE CANADIAN PRESSSamuel Piette et Yordy Reyna

MONTRÉAL — Pour la première fois en près de deux ans, l’Impact de Montréal jouera un match de la Major League Soccer sans les services de Samuel Piette.

En raison d’une accumulation de cartons jaunes, le milieu de terrain québécois est suspendu en vue du match de vendredi, en Californie, entre l’Impact (6-5-3) et le Los Angeles Football Club (9-1-4), qui domine le classement de l’Association Ouest.

Piette a écopé son cinquième carton jaune de la saison pendant les arrêts de jeu de la deuxième demie du match de samedi, contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, qui s’est terminé par un score de 0-0.

«Le moment de la suspension de Sam est malheureux, a déclaré l’entraîneur-chef Rémi Garde. Il est très important pour cette équipe. Il s’agit d’une suspension très sévère. Les cartons jaunes qu’a reçus Sam n’étaient pas tous mérités, à mon avis.

«Sam est un joueur qui donne toujours le maximum pour l’équipe, pour apporter de l’équilibre, en attaque et en défensive. Il a la bonne attitude et il est un exemple pour beaucoup de joueurs dans le vestiaire. Ne pas l’avoir dans notre formation nous fait mal.»

La suspension de Piette stoppe à 51 sa séquence de départs, un record d’équipe. La dernière absence de Piette remonte au 27 septembre 2017, alors qu’il était demeuré sur le banc dans une défaite de 1-0 contre le New York City FC.

Depuis qu’il s’est joint à l’Impact en août 2017, l’athlète de Repentigny a amorcé 59 des 62 matchs de l’équipe en MLS.

«Sam est un joueur sur lequel nous avons pu compter lors des 51 derniers matchs», a rappelé le gardien Evan Bush, qui compte six blanchissages cette saison.

«Des choses changent, d’autres ne changent pas, mais nous aurons besoin que les joueurs qui prendront la relève, à sa position et autour, jouent à un haut niveau. Sam est excellent pour s’installer à cette position et pour jouer en défensive, pour gagner des tacles et pour briser des jeux. Nous avons besoin d’un joueur qui va s’installer devant les défenseurs centraux et rendre le jeu plus facile pour nous, défensivement, et d’envoyer le ballon à des positions où nous pouvons attaquer avec un peu plus de liberté.»

Il n’y a pas de candidat évident pour remplacer Piette à la position vitale de milieu de terrain. Parce qu’il a cimenté sa place dans l’alignement pendant les deux dernières saisons, aucun autre joueur au sein de l’équipe n’est totalement à l’aise à sa position.

Micheal Azira et Shamit Shome sont des remplaçants potentiels, a déclaré Garde, bien que ces deux milieux de terrain préfèrent se lancer vers l’avant.

Garde a également déclaré qu’il envisageait utiliser une formation 4-2-3-1, au lieu du 4-3-3, la tactique qu’il privilégie.

Ignacio Piatti, qui a joué pendant 24 minutes à son retour au jeu samedi dernier, devrait voir plus d’action bien qu’il pourrait commencer la rencontre à titre de réserviste. L’Argentin se dit prêt à commencer la rencontre si on le lui demande.

L’Impact a un pressant besoin des talents de marqueur de Piatti alors qu’elle affiche l’un des pires taux de buts marqués par partie en MLS. Par ailleurs, Garde ne pourra faire appel au Panaméen Omar Browne, qui ratera un deuxième match d’affilée après s’être blessé à l’aine la semaine dernière à l’entraînement.

Contrairement à l’Impact, marquer des buts n’est pas une source de problème pour le LAFC, une formation invaincue à domicile (6-0-1) et qui a marqué 16 buts devant ses partisans contre seulement pour ses adversaires. La troupe californienne mène la ligue avec 32 buts et un impressionnant différentiel de plus-23 au chapitre des buts pour et des buts contre.

Carlos Vela mène la MLS avec 14 buts, un de moins que l’ensemble de la formation montréalaise. Il a marqué des buts dans 10 des 14 matchs de son équipe.

«Il est un grand joueur et une très bonne personne, a déclaré Piatti au sujet de Vela. Il a marqué tellement de buts cette année. Et l’an dernier aussi. Nous allons devoir être prêts parce qu’il veut gagner tout le temps.»

Kelsey Patterson, La Presse canadienne