Sports

Carlos Vela et le LAFC ne font qu’une bouchée de l’Impact en l’emportant 4-2

LOS ANGELES — Carlos Vela a inscrit son 15e filet de la saison et le Los Angeles FC n’a fait qu’une bouchée de l’Impact de Montréal, l’emportant 4-2, vendredi soir, au Banc of California Stadium.

À sa dernière sortie à l’extérieur du stade Saputo avant la fin de juin, l’Impact n’a pas été en mesure de limiter les dégâts face au LAFC.

Christian Ramirez a amorcé le bal offensif du Los Angeles FC (LAFC) dès la septième minute de jeu grâce à une bourde d’Evan Bush, tandis que Vela a inscrit son 15e but en autant de matchs en plus d’amasser deux passes. Latif Blessing et Tristan Blackmon, avec leur premier but respectivement cette saison, ont complété la marque.

«On savait ce qu’ils étaient capables de faire. On avait très bien étudié cette équipe, a déclaré l’entraîneur-chef de l’Impact, Rémi Garde. On avait un plan de match pour ce soir, mais c’est sûr que quand on encaisse un but très tôt, ça change un petit peu la donne, mais ça n’aurait pas dû la changer autant. Ce qu’on a vu en deuxième mi-temps était beaucoup plus intéressant.»

L’Impact a profité de la malchance d’Eddie Segura pour s’inscrire à la marque à la 70e minute. En complétant un bel effort individuel en zone adverse, Maxi Urruti a dirigé une frappe vers le filet adverse. Le ballon a par la suite accidentellement touché Segura avant de traverser la ligne des buts. Saphir Taïder a par la suite bénéficié d’une faute commise sur Anthony Jackson-Hamel pour réduire l’écart à deux buts, sur un penalty à la 83e minute.

Pour les hommes de Garde, il s’agit d’un troisième match consécutif sans victoire, après une défaite à Cincinnati et un verdict nul de 0-0 face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

La formation montréalaise a perdu les services de Orji Okwonkwo en cours de route. L’attaquant nigérian a quitté le terrain sur une civière à la 41e minute après s’être apparemment blessé à la jambe gauche.

L’Impact devait déjà se débrouiller sans le milieu de terrain Samuel Piette, qui a été suspendu après avoir écopé d’un carton jaune, samedi dernier, contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. Cette absence a mis fin à une séquence de 51 départs consécutifs.

Le Bleu-blanc-noir a eu droit à une bonne leçon face à la formation de Los Angeles, qui occupe le premier rang de l’Association de l’Ouest.

Après un début de rencontre en dents de scie, l’Impact a concrétisé le pire scénario imaginable. Bush tardait à récupérer le ballon lorsque Ramirez s’est amené devant lui. En envoyant directement son dégagement sur le joueur adverse, le gardien montréalais a précipité le ballon directement dans le filet.

Ignacio Piatti a raté une chance en or de répliquer, ratant le coin supérieur droit de peu à la 12e minute, alors qu’il était complèment seul au deuxième poteau.

À la 27e minute, Vela s’est moqué de la défensive montréalaise et a battu de vitesse Zakaria Diallo et de Jukka Raitala pour s’amener fin seul devant Bush et doubler l’avance des siens.

Le LAFC a profité du momentum pour retraiter au vestiaire avec une avance de 3-0.

Blackmon a par la suite enfoncé le dernier clou dans la tombe de l’Impact en redirigeant une frappe avec la tête pour marquer son premier but en carrière dans la MLS.

L’Impact a connu quelques bonnes séquences en fin de rencontre, notamment lorsque Jackson-Hamel a tenté de surprendre le gardien du LAFC dans les dernières minutes de jeu, mais en vain.

«Il y a eu quelques moments marquants en première mi-temps, quand des erreurs de notre côté ont été converties en buts, a expliqué le défenseur montréalais Daniel Lovitz. C’est ce que font les bonnes équipes quand elles jouent chez elles. Le déficit était plus grand que ce que nous aurions voulu. La réaction a été bonne en deuxième mi-temps, même si c’était trop peu trop tard. Tout de même, c’est bien de savoir que nous avons cette capacité et que nous avons pu marquer deux buts contre cette équipe. C’est une consolation, mais somme toute, c’est un match très décevant.»

La troupe montréalaise rentrera à la maison avec un dossier de 4-5-2 sur les pelouses adverses.

La Presse canadienne