Sports

Raptors: Masai Ujiri voit ses décisions porter fruit 10 mois plus tard

Raptors: Masai Ujiri voit ses décisions porter fruit 10 mois plus tard
Photo: Frank Gunn/La Presse canadienneMasai Ujiri, président des Raptors de Toronto

TORONTO — La réaction des partisans des Raptors de Toronto l’été dernier avait été rapide et brutale. Un partisan avait superposé le visage de Masai Ujiri sur la tête d’un serpent. Un autre avait déclaré qu’Ujiri venait de perdre la majorité des partisans des Raptors au profit des Spurs de San Antonio.

Quand Ujiri a froidement échangé DeMar DeRozan, alors l’étoile incontestée de l’équipe, aux Spurs pour Kawhi Leonard, alors blessé, en juillet dernier, les colonnes du temple ont branlé chez les Raptors.

Mais 10 mois plus tard, Ujiri est considéré comme un génie.

À la veille du premier match de l’histoire des Raptors en finale de la NBA, Ujiri est revenu sur la journée de l’échange, en juillet dernier. S’imaginait-il voir le temps lui donner autant raison?

«C’est complètement fou, mais quand vous assemblez une équipe, vous rêvez toujours au championnat, a dit Ujiri. C’était un changement difficile à effectuer, mais nous savions quel type de joueur nous obtenions.»

Mercredi, Ujiri a pris le temps de remercier deux personnes qui ne sont plus avec l’équipe. Questionné sur le travail de l’entraîneur Nick Nurse, Ujiri est revenu sur la besogne accomplie par l’ancien entraîneur Dwane Casey et DeRozan, avant de parler de l’entraîneur actuel.

«Il faut donner crédit à Dwane Casey, a dit Ujiri. Lui aussi nous a préparés pour ce moment. Ce n’est pas quelque chose qui a commencé à se développer cette saison. (…) Je tiens à dire que Dwane Casey et DeMar DeRozan font partie des succès de l’équipe. Ils ont joué un rôle énorme dans le parcours de l’équipe.»

L’état de santé de Leonard représentait un énorme point d’interrogation au moment de l’échange, alors qu’il avait été limité à neuf matchs au cours de la saison précédente en raison d’une blessure à une cuisse.

Afin d’éviter la catastrophe, les Raptors ont suivi un programme strict pendant la saison, ne le faisant jamais jouer deux soirs de suite. Il a finalement disputé 60 matchs en saison régulière.

Leonard a tranquillement fait sa place dans le coeur des partisans des Raptors. Son visage se retrouve maintenant sur plusieurs murales à travers Toronto et les partisans espèrent le voir renouveler son contrat avec l’équipe.

Ujiri l’a qualifié de «joueur le plus complet de la NBA», une opinion partagée par Nurse.

«Je crois que c’est une fierté pour Kawhi d’être un joueur complet, a dit Nurse. Ça commence par cette volonté. Il a aussi l’intelligence. Il est athlétique. Il a de grandes mains et il les utilise pour voler le ballon.

«Les points sont importants et les gros paniers spectaculaires, mais quand il décide de s’impliquer défensivement, vous n’avez pas le temps de vous en rendre compte que nous sommes déjà repartis avec le ballon. Il trouve le moyen de changer l’allure des matchs.»

Les statistiques de Leonard, joueur par excellence de la finale de la NBA en 2014, sont en hausse par rapport à la saison régulière, qu’il qualifie de 82 «matchs d’entraînement». Il a un flair pour le dramatique, comme lors de son panier victorieux lors du match no 7 de la demi-finale de l’Est face aux 76ers de Philadelphie.

Nurse avait l’impression dès février que Leonard pouvait passer un autre niveau.

«Je trouvais qu’il se retenait un peu ou que dès qu’il arrivait à 30 points, il ménageait un peu ses efforts, a dit Nurse. Je sentais qu’il pouvait passer à une autre vitesse.

«Puis il a dit quelque chose comme quoi les premiers 82 matchs étaient seulement des entraînements. C’est là que j’ai compris qu’il était prêt à passer à un autre niveau.»

Les deux premiers matchs de la finale contre les Warriors de Golden State auront lieu jeudi et dimanche à Toronto. La série se poursuivra la semaine prochaine à Oakland.

Lori Ewing , La Presse canadienne