Sports

Nick Nurse a sa mère dans ses pensées après la victoire de mercredi

Nick Nurse a sa mère dans ses pensées après la victoire de mercredi
Photo: Frank Gunn/La Presse canadieneMarc Gasol des Raptors de Toronto et DeMarcus Cousins des Golden State Warriors

OAKLAND, Calif. — Lorsque la sirène a retenti mercredi, l’entraîneur-chef des Raptors de Toronto, Nick Nurse, était assis la tête baissée, perdu dans ses pensées.

La mère de Nurse, Marcella, aurait eu 95 ans mardi. Une journée après la victoire de 123-109 des Raptors, qui a procuré les devants 2-1 à la formation torontoise, l’entraîneur-chef a discuté de la femme qui ne peut être témoin de la poussée historique de son équipe en séries.

«Évidemment, c’était une victoire importante et difficile, a dit l’entraîneur-chef de 51 ans. Elle est dans mes pensées chaque jour, mais elle l’était encore plus après la journée de son anniversaire de naissance.»

Marcella est décédée en décembre, pendant que les Raptors se retrouvaient sur la côte ouest. Nurse, le cadet de neuf enfants, était reconnaissant qu’elle ait vécu assez longtemps pour le voir devenir entraîneur-chef.

«Comme chaque mère, elle a assisté à tous les matchs auxquels j’ai joué quand j’étais jeune ou quand je jouais à l’université, a déclaré Nurse, qui a grandi en Iowa et qui a joué pour l’Université Northern Iowa. À ma dernière année universitaire, mon père a pris sa retraite plus tôt afin d’assister à tous mes matchs. Il a parcouru beaucoup de kilomètres avec sa voiture. Ils étaient de grands partisans.»

Maintenant, l’entraîneur-chef recrue n’est qu’à deux victoires de guider les Raptors vers un premier titre de la NBA en 24 ans d’existence.

«Il a l’air jeune, mais il est assez vieux», a blagué Kyle Lowry.

Pour ceux qui en savent peu sur Nurse, il s’est révélé comme un cas d’étude divertissant. Mercredi, avant le troisième match de la finale, il s’est fait questionner à propos de la guitare qu’il apporte lors de voyage à l’étranger. Nurse a aussi reçu les remontrances de la vedette des Warriors Stephen Curry, qui n’a pas été tendre envers les tactiques défensives de l’entraîneur-chef des Raptors.

Lors du deuxième duel, les Raptors n’ont alloué aucun point aux Warriors pendant cinq minutes grâce à leur boîte défensive. Lors de la troisième partie, Curry a amassé 47 points, un sommet en carrière en séries.

«Ils ont envoyé des joueurs différents pour me contrer, a mentionné Curry. J’ai seulement été un peu plus agressif et j’essayais de trouver des ouvertures pour tirer.»

Nurse n’était d’ailleurs pas très satisfait de l’effort défensif contre Curry, un des deux membres du duo surnommé les «Splash Brothers», avec Klay Thompson.

«Il a récolté 47 points. Je ne sais pas trop si notre attention était assez portée sur lui ou si elle l’était tout court», a affirmé Nurse.

La vedette des Raptors Kawhi Leonard avait de bons mots pour l’entraîneur-chef de première année, jeudi.

«Il a fait du bon travail, a-t-il insisté. Nous sommes en finale de la NBA à sa première année.»

Après 21 parties éliminatoires, les Raptors ne sont qu’à quelques pas de leur objectif du début de saison: le trophée Larry O’Brien.

Ils n’ont toutefois pas l’intention de célébrer tout de suite. Ils ont rapidement quitté le parquet du Oracle Arena, mercredi, comme s’il y avait encore du travail à accomplir. Il était difficile de voir qu’ils en étaient à leur première apparition en finale de la NBA.

«Nous n’avons encore rien accompli. Ce n’est qu’un match, a exprimé Danny Green, qui a réussi six paniers de trois points dans la victoire de mercredi. Nous avons encore beaucoup de travail à faire.»

Est-ce que la clé pour la quatrième rencontre est de ne pas regarder trop loin en avant?

«Nous n’avons pas regardé trop loin devant nous pendant toute l’année. Ça n’a pas été le cas non plus en séries alors je ne crois pas que ça va commencer maintenant, a soutenu Fred VanVleet. Nous sommes en avance 2-1 et nous sommes à l’étranger. Nous voulons simplement essayer de gagner une autre partie. Nous ne pensons pas au reste de la série, nous pensons au quatrième affrontement et à gagner contre les champions en titre.»

La série retournera à Toronto lundi soir, à l’occasion du cinquième match de la finale.

Lori Ewing, La Presse canadienne