Sports

Les Alouettes soutirent un verdict nul aigre-doux de 20-20 au Rouge et Noir

Les Alouettes soutirent un verdict nul aigre-doux de 20-20 au Rouge et Noir
Photo: Peter McCabe/La Presse canadienneAntonio Pipkin des Alouettes de Montréal

MONTRÉAL — Les Alouettes de Montréal avaient beau affronter l’équipe B du Rouge et Noir d’Ottawa, l’équipe se devait d’offrir une performance convaincante devant ses 13 474 partisans, au stade Percival-Molson.

Elle l’a fait pendant trois quarts, mais la formation de Mike Sherman a accordé 11 points au quatrième quart et les visiteurs ont pu retourner à la maison avec un verdict nul de 20-20.

«J’ai vu que plusieurs joueurs différents avaient réussi de très bons jeux en de très bons moments, mais ce n’était pas un match parfaitement exécuté, ni parfaitement dirigé avec tous ses joueurs et toutes ses formations différentes, a analysé l’entraîneur-chef. Les gars ont joué à un haut niveau. Nous avons amorcé le match en force, ce que nous n’avons pas fait l’an dernier.

«L’effort m’a plu, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire.»

C’est un sac aux dépens de Jeff Mathews qui a fait la différence. Rejoint par Randall Evans dans son angle mort, Mathews a été cloué au sol et a perdu le ballon, qui a été récupéré par Jonathan Newsome et ramené sur 63 verges pour le touché. La transformation de Jose Maltos a donné les devants au Rouge et Noir 20-19.

Enrique Yenny a permis aux locaux de créer l’égalité avec un dégagement de 53 verges qui a donné un simple aux Alouettes.

Le quart Will Arndt — le partant Dominique Davis et son second Jonathon Jennings n’étaient pas en uniforme — a inscrit l’autre touché du Rouge et Noir, sur une courte course d’une verge. Maltos a réussi des placements de 13 et 26 verges.

DeVier Posey et Quan Bray ont réussi les touchés des Alouettes, qui complètent leur calendrier préparatoire avec une fiche de 0-1-1. Boris Bede a complété la marque avec un placement de 26 verges et un simple. Il a raté une tentative de 47 verges qui a aussi donné un point aux locaux, qui lanceront leur saison le 14 juin, à Edmonton.

Les yeux des partisans des Alouettes étaient tournés vers les quarts de l’organisation. Sherman n’a toujours pas identifié son quart partant, même si plusieurs soupçonnent qu’Antonio Pipkin a une longueur d’avance.

C’est d’ailleurs lui qui a amorcé la rencontre et il n’a pas perdu de temps. Sur le troisième jeu de la poussée offensive des Alouettes, il a rejoint Posey sur 72 verges pour inscrire les siens à la marque.

«On voulait amorcer la rencontre d’une bien meilleure façon que nous l’avons fait la semaine dernière, a expliqué le quart après la rencontre. Je tente seulement d’être meilleur pendant plusieurs journées consécutives.»

Pipkin a été moins spectaculaire par la suite, mais il a assurément porté attention aux consignes de l’entraîneur pendant le camp. Ce dernier souhaitait voir un quart faire progresser l’attaque et éviter les revirements. Pipkin a su faire tout cela, lançant le ballon hors limite quand tous ses receveurs étaient marqués au lieu de le donner à l’adversaire.

«Il a fait ce que nous lui avons demandé de faire. Il est demeuré dans la pochette, alors que par le passé, il avait tendance à en sortir rapidement, a indiqué Sherman. Nous voulions qu’il soit plus patient derrière la ligne, qu’il trouve ses receveurs.»

Au final, Pipkin a complété cinq de ses 10 passes pour 107 verges et un touché. Il a ajouté sept verges en une course. Une audition réussie.

Venu en relève en fin de deuxième quart, Vernon Adams fils a aussi offert une prestation qui fera réfléchir son entraîneur. Sur sa première tentative de passe, il a rejoint Bray sur 48 verges. Sur le jeu suivant, il lui a relancé le ballon sur 27 verges dans la zone des buts pour porter la marque à 18-6 après la transformation de Bede.

Au retour de la pause, Adams a démontré qu’il pouvait également être une menace avec ses jambes. Il a d’abord évité un sac avant de porter le ballon sur 17 verges. Quelques jeux plus tard, il a ajouté 18 verges à sa fiche sur une autre course.

Il a complété sa soirée de travail avec trois passes complétées en six tentatives pour 84 verges et un touché. Il a ajouté 38 verges en trois courses.

«J’ai commencé le camp au bas de la liste des quarts. Mais je ne peux pas me soucier de ce genre de choses. Je suis venu avec une attitude professionnelle tous les jours et j’ai travaillé fort.»

 Assez pour faire réfléchir Sherman?

«Je n’ai pas été surpris par son jeu (jeudi), car c’est de cette façon qu’il s’entraîne, a noté l’entraîneur. Il réussit de gros jeux à l’entraînement également. Nous allons nous asseoir avec le personnel d’entraîneurs, regarder les vidéos et prendre une décision par la suite.»

Ç’a été moins fructueux du côté de Matthew Shiltz et de Mathews. Shiltz n’a complété qu’une passe en quatre tentatives pour une perte de trois verges. Mathews a réussi quatre de ses cinq lancers pour 50 verges, mais il a été victime de deux sacs.

Hugo Richard a eu l’occasion de donner la victoire aux siens en fin de match, mais après trois passes complétées consécutives, il a commis une interception qui est venue fermer les livres.

En défense, Antonio Simmons s’est signalé avec deux sacs, tandis que les demis défensifs Greg Reid et Jarnor Jones ont semblé être de tous les jeux. Jones a d’ailleurs mené l’équipe avec huit plaqués. Les Alouettes ont réussi deux interceptions et provoqué un échappé.

«J’ai entièrement confiance en (notre coordonnateur à la défense) Bob Slowik. Il a étudié cette ligue tout au long de l’hiver. Je suis certain qu’il saura apprendre à bien jouer une défense efficace à notre groupe. C’est l’un des meilleurs enseignants que je connaisse au football.»

Frédéric Daigle, La Presse canadienne