Sports

Ryan O’Reilly remporte le titre du joueur par excellence des séries

Ryan O’Reilly remporte le titre du joueur par excellence des séries
St. Louis Blues' Ryan O'Reilly, center, celebrates his goal with teammates Jay Bouwmeester, left, and Alex Pietrangelo, right. during the first period in Game 7 of the NHL hockey Stanley Cup Final against the Boston Bruins, Wednesday, June 12, 2019, in Boston. (AP Photo/Michael Dwyer)

BOSTON — Si Ryan O’Reilly a souvent eu la réputation d’être un perdant, il peut maintenant dire que c’est chose du passé.

L’attaquant des Blues de St. Louis a remporté le trophée Conn-Smythe remis au joueur par excellence des séries éliminatoires, mercredi.

Après avoir été époustouflant lors de la série finale, O’Reilly a marqué le premier but des siens lors du septième et ultime match pour aider les Blues à soulever le précieux trophée de Lord Stanley.

«Tu rêves de ce moment depuis si longtemps, a raconté le centre des Blues. Tu te sens comme lorsque tu étais enfant et le sentiment revient te fait réaliser ce que signifie remporter cet honneur. Je ne peux toujours pas le croire. Je ne peux pas croire que je suis ici et que je suis champion de la Coupe Stanley avec ces gars-là.»

Peu nombreux sont ceux qui n’ont pas écarquillé les yeux en voyant l’étendue du talent d’O’Reilly lors du tournoi printanier.

À 28 ans, l’attaquant a eu la chance de faire taire ses détracteurs lors des séries éliminatoires, menant lentement mais sûrement les Blues à la terre promise. 

En 26 matchs ce printemps, il a amassé huit buts et 15 aides pour un total de 23 points. 

«Son éthique de travail et sa production ont été des éléments importants pour nous tout au long de la saison, a affirmé son entraîneur, Craig Berube. Il est implacable depuis très longtemps. Il n’abandonne jamais. C’est un gars intelligent qui joue bien dans les deux sens de la patinoire. C’est un joueur très spécial.»

L’ancien choix de deuxième tour de l’Avalanche du Colorado en 2009, qui avait participé à seulement deux séries en neuf ans de carrière, a porté l’équipe à bout de bras lorsqu’elle en avait le plus besoin.

Après avoir récolté que trois filets lors des trois premières rondes, O’Reilly a donné raison au directeur général de l’équipe, Doug Armstrong, — qui a sacrifié des choix de premier tour (2019), de deuxième tour (2021) et les espoirs Tage Thompson, Patrik Berglund et Vladimir Sobotka, pour l’obtenir — en enfilant cinq buts en sept rencontres. Il est ainsi devenu le premier joueur depuis Wayne Gretzky en 1985 à toucher la cible lors de quatre matchs consécutifs en finale.

«Il y a eu quelques matchs difficiles, mais lorsque tu mets la machine en marque et que l’adrénaline a pris le dessus, je n’ai rien remarqué», a renchéri O’Reilly.

Alors que les Blues tiraient de l’arrière 2-1 lors de la série finale, O’Reilly a ouvert les écluses après seulement 43 secondes de jeu et a par la suite inscrit le but gagnant pour permettre à la formation de St. Louis de niveler les chances dans la série. Lors du cinquième match, il a de nouveau été le premier à inscrire son équipe au pointage après 55 secondes en deuxième période et s’est également fait complice du deuxième but des Blues dans un gain de 2-1, qui leur a permis de s’approcher à une victoire de leur premier titre en 51 ans d’histoire. Même dans la défaite crève-coeur lors du sixième duel, il a été le seul à déjouer Tuukka Rask.

Et lors du match crucial, O’Reilly a une fois de plus répondu présent pour remettre les Blues en selle, alors que leur destin semblait bien funeste. Après que les Blues eurent été largement menés au chapitre des tirs au but, l’attaquant a fait dévier le troisième tir des siens entre les jambières de Rask, jetant du même coup une douche froide sur la foule réunie au TD Garden.

Ce moment, O’Reilly l’attendait depuis longtemps, après quelques saisons de vache maigre à Buffalo. Après avoir goûté brièvement aux séries éliminatoires avec l’Avalance en 2010 et en 2014, il a attendu quatre saisons avant de pouvoir y participer de nouveau.

À la fin de la dernière saison, alors qu’il vidait son casier dans le vestiaire des Sabres, O’Reilly avait confié qu’il avait perdu «l’amour du sport» et qu’il avait besoin de le retrouver.

La transaction qui l’a mené à St. Louis a tout fait basculer.

À son arrivée, O’Reilly s’est tout de suite taillé une place au centre du premier trio des Blues et a gagné beaucoup de respect de ses partenaires de jeu.

Malgré les moments sombres qu’ont connus les Blues au cours de la campagne, O’Reilly a conclu la saison avec sa meilleure fiche en carrière, grâce à une récolte de 77 points, dont 28 buts, en 82 matchs, aidant la troupe de Craig Berube à se qualifier pour les séries.

«La Coupe Stanley était le but ultime, a précisé O’Reilly. (Je tentais) simplement d’être l’étincelle qui pourrait faire une différence.»

La Presse canadienne