Sports

Le Rouge et Noir bat les Stampeders 32-28 en lever de rideau de leur saison

Le Rouge et Noir bat les Stampeders 32-28 en lever de rideau de leur saison
Ottawa Redblacks' Mossis Madu Jr., right, tries to get past Calgary Stampeders' Brandon Smith during first half CFL football action in Calgary, Saturday, June 15, 2019.THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh

CALGARY — Le Rouge et Noir d’Ottawa est venu de l’arrière pour vaincre les Stampeders de Calgary 32-28, samedi soir, dans le match d’ouverture de la saison 2019 des deux équipes.

Tirant de l’arrière 28-25 avec une minute et demie à écouler à la rencontre, le quart du Rouge et Noir Dominique Davis a inscrit le touché victorieux grâce à une course de cinq verges.

Davis a réussi trois touchés au sol à seulement son troisième départ en carrière dans la Ligue canadienne de football.

Lewis Ward a réussi des placements de 43, 26 et 30 verges pour la formation d’Ottawa, qui a signé une première victoire au Stade McMahon.

Le demi défensif Brandon Smith a retourné une interception pour un majeur du côté des Stampeders, qui ont transformé deux des trois larcins de Tre Roberson en touché.

Don Jackson et Juwan Brescacin ont aussi enregistré un touché pour la troupe de Calgary. Rene Paredes a réussi des bottés de précision de 17 et 42 verges lors de cet affrontement impliquant les deux équipes ayant participé à la finale de la Coupe Grey en 2018.

Les Stampeders avaient battu le Rouge et Noir 27-16 en novembre, s’octroyant le trophée le plus prestigieux de la LCF.

Le quart des Stampeders Bo Levi Mitchell a complété 23 de ses 39 passes pour des gains aériens 275 verges. Il a lancé une passe de touché et il a été victime d’une interception.

Davis a vu 29 de ses 44 tentatives par la voie des airs être captées pour des gains de 276 verges. Il a lancé quatre interceptions.

Le Rouge et Noir accueillera les Roughriders de la Saskatchewan, jeudi soir. Les Stampeders bénéficieront quant à eux d’une semaine de congé avant de recevoir la visite des Lions de la Colombie-Britannique.

Donna Spencer, La Presse canadienne