Sports

F1: Ferrari obtiendra une audience pour sa demande de révision vendredi

F1: Ferrari obtiendra une audience pour sa demande de révision vendredi
Photo: AP

MONTRÉAL — L’incident qui a privé le pilote Ferrari Sebastian Vettel de la victoire au Grand Prix de Formule 1 du Canada il y a deux semaines n’a pas fini de faire couler de l’encre — ou de l’huile, c’est selon.

La chaîne américaine ESPN a rapporté jeudi matin que la Fédération internationale de l’automobile (FIA) avait prévu une audience spéciale vendredi afin de déterminer si la demande de révision de l’incident formulée par Ferrari est valide. Lundi, l’écurie Ferrari avait demandé une révision puisqu’elle avait de nouvelles informations à divulguer qui n’avaient pas été prises en compte lors de la décision initiale, selon elle.

L’équipe aurait refusé de préciser la nature de ces informations, mais celles-ci devraient comprendre un nouveau témoignage de Vettel ainsi que des données de géolocalisation qui n’étaient pas disponibles lorsque les commissaires de piste ont rendu leur décision.

Si jamais la FIA accepte la demande de révision de Ferrari, alors une deuxième audience aura lieu afin de clarifier la décision des commissaires — et de la corriger, si nécessaire.

La dernière requête du genre avait été formulée par l’équipe Williams après le Grand Prix d’Azerbaïdjan l’an dernier, en lien avec une pénalité imposée à son pilote Sergey Sirotkin sur la grille de départ de la course suivante, en Espagne. Les commissaires avaient alors organisé une téléconférence avec les représentants de l’équipe, avant de rejeter leur demande de révision et de publier neuf raisons expliquant pourquoi ils estimaient qu’aucune nouvelle preuve n’avait été révélée. 

Vettel roulait en tête au 48e tour sur le circuit Gilles-Villeneuve lorsqu’il a commis une erreur de pilotage à l’entrée du virage no 4 et mis ses quatre pneus sur le gazon. Alors qu’il tentait de revenir en piste, il a bloqué maladroitement le pilote Mercedes Lewis Hamilton, qui tentait de le dépasser par la droite.

L’incident a été analysé par les commissaires de course, qui ont finalement décidé d’imposer une pénalité de cinq secondes. Vettel a donc croisé le fil d’arrivée en premier, mais Hamilton a suivi à 3,658 secondes plus tard. En conséquence, le Britannique a signé sa cinquième victoire de la saison.

Une pénalité «un peu sévère», selon Stroll

Dans les paddocks du circuit Paul Ricard, cette saga continuait de monopoliser l’attention des pilotes jeudi. Parmi ceux qui se sont exprimés sur l’enjeu se trouve le Québécois Lance Stroll, qui a jugé la pénalité imposée à Vettel «un peu sévère».

«C’est très difficile de juger, de mon point de vue, a d’abord confié le pilote de Mont-Tremblant. Chaque incident est unique, et les commissaires de piste ont tout fait pour rendre une décision équitable. C’est tout un défi de devoir trancher. Nous voulons tous assister à des courses enlevantes, où les dépassements sont nombreux, mais il faut que ça soit équitable. Il y aura toujours deux côtés à une médaille.

«Dans ce cas-ci, je crois que (la sanction) est un peu sévère, mais les commissaires de piste ont pris leur décision. Ils ont le mandat de maintenir l’intégrité du sport, de maintenir sa sécurité, et je ne peux pas contester ça. Je ne sais pas si la manoeuvre (de Vettel) était délibérée ou non — j’en doute fortement —, et c’est triste de voir un pilote être pénalisé de la sorte. Mais c’est la vie. Et de toute façon, je suis certain que Lewis est d’accord avec moi», a-t-il conclu en riant.

Les essais libres du Grand Prix de France auront lieu à compter de vendredi, et la huitième étape de la saison de F1 sera présentée dimanche.

Hamilton avait remporté la course en 2018, devant le pilote Red Bull Max Verstappen et le pilote Ferrari Kimi Raikkonen. Stroll tentera de faire mieux que l’an dernier, alors qu’il avait été contraint à l’abandon.

Alexandre Geoffrion-McInnis, La Presse canadienne