Sports

Hinchcliffe, la tête d’affiche à Toronto même s’il n’a jamais gagné

Hinchcliffe, la tête d’affiche à Toronto même s’il n’a jamais gagné
Oakville native James Hinchcliffe pretends to take down track notes from last years winner Scott Dixon during a media event at the Honda Indy in Toronto, on Thursday, July 11, 2019. THE CANADIAN PRESS/Andrew Lahodynskyj

TORONTO — Quand est venu le tour de James Hinchcliffe de parler à la conférence de presse en prévision de l’épreuve IndyCar, jeudi, l’animateur Michael Young a décidé à la blague de l’ignorer.

«James Hinchcliffe, merci d’être parmi nous. Et maintenant, voici Simon Pagenaud», a dit Young.

«Tu peux dire ce que tu veux mon ami, je suis chez moi ici», a répliqué Hinchcliffe en éclatant de rire.

Ce moment a été le fait saillant d’une conférence de presse divertissante, mais a aussi rappelé le statut de Hinchcliffe à Toronto. Même si le pilote âgé de 32 ans originaire d’Oakville, en Ontario, n’a jamais remporté l’épreuve dans sa cour, il en est néanmoins la tête d’affiche.

«C’est toujours spécial de revenir ici et de courir dans ce qui est pratiquement ma cour, a dit Hinchcliffe. C’est en regardant cette épreuve dans mon enfance que je suis tombé amoureux de l’IndyCar, que le rêve de devenir pilote de course automobile est né.»

Hinchcliffe a bien fait lors de l’arrêt à Toronto lors des trois dernières saisons, terminant deux fois en troisième place et une fois en quatrième place.

Même s’il doit participer à de nombreux événements caritatifs et offre de nombreuses entrevues aux différents médias pendant la semaine de l’Indy de Toronto, Hinchcliffe dit se sentir privilégié de pouvoir aller en piste devant ses partisans.

«Il y a tellement de pilotes qui n’ont pas la chance de courir dans leur pays d’origine», a rappelé Hinchcliffe.

Le Néo-Zélandais Scott Dixon, qui a inscrit une troisième victoire en carrière à Toronto la saison dernière, dit toutefois se sentir presque chez lui.

«Nous sommes ici dans le Commonwealth, alors c’est le plus près que je peux être de chez moi, a-t-il noté. Mais je sais que les encouragements des spectateurs sont pour ‘Hinch’.»

Hinchcliffe garde de bons souvenirs de l’époque où il regardait l’épreuve.

«Je suis dans les puits et je regarde les gradins dans les virages 9 et 10. Je me souviens de l’époque où j’étais enfant. C’est là que j’ai grandi. C’était ma semaine préférée quand j’étais petit. De me retrouver aujourd’hui de l’autre côté de la clôture, c’est toujours aussi spécial», a raconté Hinchcliffe, qui occupe le neuvième rang du classement des pilotes cette saison.

Lori Ewing , La Presse canadienne