Sports

Lassi Lappalainen vole la vedette lors de son premier match avec l’Impact

Lassi Lappalainen vole la vedette lors de son premier match avec l’Impact
Photo: La Presse canadienne/Graham HughesLassi Lappalainen

MONTRÉAL — Il y a un an, les amateurs de hockey du Québec avaient les yeux rivés vers un jeune athlète originaire de la Finlande qui, espéraient-ils, allait un jour donner une nouvelle dimension au Canadien de Montréal. Peut-être que l’Impact de Montréal a trouvé le sien.

Lassi Lappalainen a marqué ses deux premiers buts en MLS, à son tout premier match en carrière, et il a été la grande vedette d’une importante victoire de 4-0 de l’Impact contre l’Union de Philadelphie, samedi soir, devant 16 344 spectateurs au stade Saputo.

Le gain est crucial non seulement parce qu’il a été réalisé face aux meneurs de l’Association Est, mais aussi parce qu’il met fin à une séquence de quatre défaites de l’Impact (10-11-3) en MLS.

De plus, il assure aux hommes de Rémi Garde de demeurer dans le top-7 de leur section, devant le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, qui a battu Orlando 4-1, et le Toronto FC, qui a vaincu Cincinnati 2-1.

C’était par ailleurs le premier match où l’Impact inscrivait quatre buts depuis le 15 septembre 2018. Les victimes avaient été… l’Union de Philadelphie, cette fois-là en Pennsylvanie.

«Pour gagner, pour remporter des victoires sur le long terme, il faut bien faire les choses, il faut bien jouer au football, bien défendre, bien attaquer. On peut parfois gagner sur un coup du sort, mais là, je crois que ce soir, il y avait beaucoup d’ingrédients qui étaient de retour dans l’équipe», a déclaré Rémi Garde, au sujet de la performance globale de sa troupe.

Mais si, dans l’ensemble, tout le monde a fourni un bel effort chez l’Impact, c’est le rendement de Lappalainen qui retenait l’attention.

Affichant une grande rapidité, mais aussi beaucoup d’habileté au dribble, Lappalainen a soulevé la foule dès la quatrième minute de jeu en se moquant d’abord du milieu de terrain Raymon Gaddis puis du gardien Andre Blake pour ouvrir la marque.

Le Finlandais de 20 ans a récidivé en deuxième demie à l’aide d’un tir au ras du sol, décoché d’une distance d’environ 12 mètres et qui a battu Blake à sa gauche, à la 46e minute.

«J’avais rêvé que je marquerais un but. Là, je me sens vraiment dans un rêve», a déclaré Lappalainen au sujet de son doublé.

Tout en rappelant que ce n’est qu’un premier match, Rémi Garde n’a quand même pas hésité à faire l’éloge du Finlandais.

«Il a confirmé aujourd’hui que c’est un joueur qui a des qualités de vitesse, mais aussi des qualités techniques pour combiner avec les autres dans le jeu. J’avais parlé de maturité dans son jeu, il est très à l’aise, c’est un joueur qui réfléchit à sa position. Il y a très peu de remarques à lui faire. C’est bien. C’est très encourageant. Comme on dit, il faudra confirmer, il faut lui laisser un petit peu de temps. Il a mis la barre haut ce soir. Un gros potentiel avec lequel on est très content de pouvoir travailler avec.»

Lappalainen a eu droit à une belle ovation des spectateurs lorsqu’il a été retiré du match à la 81e minute pour être remplacé par Mathieu Choinière.

«C’était vraiment fantastique, a décrit Lappalainen. J’étais fatigué, mais quand j’ai vu la foule se lever, j’ai vraiment apprécié.»

Se décrivant comme un joueur jamais très nerveux avant les matchs, Lappalainen a toutefois reconnu avoir été un peu étonné d’être dépêché sur le terrain en tant que titulaire.

«J’ai été un peu surpris. Je pense que j’ai eu de bons entraînements. Peut-être que c’est la raison pour laquelle j’ai commencé le match. Marquer un but rapidement aide à chasser la nervosité.»

Ne voulant peut-être pas être en reste, Orji Okwonkwo a réussi les deux autres filets de la formation montréalaise, le premier à la 36e minute et le second, exactement 30 minutes plus tard.

Le premier but d’Okwonkwo est venu peu de temps après que le gardien Evan Bush eut réalisé trois arrêts importants dans un intervalle d’environ trois minutes, alors que les joueurs de l’Union imposaient leur rythme et semblaient prêts à renverser la vapeur.

Pour Bush, il s’agissait d’ailleurs d’un septième blanchissage cette saison, mais son premier depuis le 18 mai, dans un verdict nul de 0-0 contre la Nouvelle-Angleterre.

Le prochain match de l’Impact aura lieu samedi prochain, à l’étranger, contre les Rapids du Colorado, l’une des pires formations de la MLS.

Michel Lamarche, La Presse canadienne